Requiem de Mozart à Ambronay
Cloitre de l'abbatiale d'Ambronay

Connaissez-vous le festival d’Ambronay ?

Ambronay est un village de l’Ain qui possède une magnifique abbaye du 13e siècle dans laquelle vous pouvez écouter, tous les ans en Septembre, d’incroyables concerts de musique baroque.

Cloître de l’abbaye d’Ambronay

Nous y sommes allés le week-end dernier pour écouter le très attendu Requiem de Mozart, donné par Leonardo Garcia Alarcon. Ce concert était un des plus attendus, en partie parce que le chef d’Orchestre avait annoncé qu’il proposerait un véritable travail de réinterprétation de l’oeuvre.

Juste avant, une « mise en oreilles » nous était proposée pour nous préparer à ce que nous allions entendre. Gilles Cantagrel (grand spécialiste de Bach, mais visiblement de Mozart aussi…) nous a expliqué un peu plus en détails les conditions d’écriture de ce mystérieux Requiem, en rectifiant un peu toutes les légendes que l’on raconte à son sujet.

Le mystérieux commanditaire de ce Requiem par exemple, est tout à fait connu des historiens aujourd’hui. Il s’agit d’un riche aristocrate qui faisait écrire des pièces par de grands compositeurs et les recopiait afin de faire croire à son entourage qu’il avait écrit ces pièces lui-même. Sa femme venait de mourir, et il voulait lui offrir un requiem grandiose. Il demande donc à Mozart, en lui proposant une immense somme d’argent, mais en lui faisant promettre de garder le secret. Mozart, très malade, n’aura pas le temps de terminer la pièce, et si sa femme Constanze se presse pour faire terminer le Requiem, c’est essentiellement pour récupérer la somme d’argent promise.

Leonardo Garcia Alarcon quant à lui a pu nous expliquer ses choix dans l’interprétation. Il a choisi, de ne jouer que les parties pour lesquelles Mozart avait au moins écrit un morceau. Dans ceux pour lesquels il existe une trace, comme les 8 mesures du Dies Irae, il est possible de reconstituer la suite du morceau. Mais il n’a pas souhaiter jouer des parties comme le Sanctus ou le Benedictus, pour lesquels Mozart n’a rien écrit.

Ce concert était un des plus prenant que j’ai pu voir à Ambronay. Cette magistrale interprétation redonnait à cette oeuvre toute la puissance qui est la sienne. De plus, nous avions la chance d’être assis dans le choeur, et de voir le chef juste en face de nous.

Un disque est actuellement en train d’être enregistré. Un conseil : jetez-vous dessus dès sa sortie !

Comments

Laisser un commentaire