L’histoire de l’Opéra de Lyon
Opéra de Lyon

L’Opéra de Lyon est un des monuments emblématiques de notre ville. Reconnaissable de très loin avec son grand dôme noir, incontournable à Lyon, l’histoire de l’opéra commence pourtant sur de bien mauvaises bases…

La création du premier Opéra de Lyon

Bien qu’il soit construit sur les berges de Rhône instables, pas d’inquiétude de ce côté là (quoi que les sous-sol aient été parfois inondés au cours de son histoire).

En 1828, alors que les canut tissent sur la Croix-Rousse (ils ont quitté le quartier Saint George depuis peu) et que les soyeux commercent dans le quartier des Terreaux, la décision municipale de construire un nouveau Grand Théâtre est prise ! On va raser l’ancien (réalisé par Soufflot) et en faire un autre ! Bizarrement, le choix des architectes est fait par la mairie, hors-concours, et la réalisation est attribuée d’office à Antoine-Marie Chenavard et Jean Pollet qui semblent cordialement… se détester !

À tel point que Jean Pollet, après quelque mois de relations glaciales finit par déserter le chantier ! Les travaux continuent sans lui et le bâtiment est inauguré quelques mois avant la première révolte des canuts en 1831. Si les canuts s’unissent pour obtenir des droits fondamentaux, les habitants de la presqu’île, eux, se divisent sur ce nouveau bâtiment. Certains crient au scandale :

  • Il est inauguré avant d’être terminé.
  • Il a déjà explosé le budget prévu (une impression de déjà vu ?)
  • Il ne fait que 1800 places au lieu des 2400 prévues.
  • … il y a des sièges au parterre !
Histoire de l'Opéra de Lyon
L’opéra vers 1910 / Archives de Lyon

Avance rapide

Et si les fondations ne posent pas de problème, la plafond, lui, n’est pas très solide. Les tuiles sont trop lourdes et il s’affaissent.. d’un bon mètre ! Il faut rajouter des colonnettes de soutien, le nombre de sièges est augmenté… les années passent… on change carrément toute la toiture pour en faire une métallique… enfin on a suffisamment d’argent et de temps pour installer les 8 muses (non pas 9 on y reviendra) sur la façade avant…

Les muses de l'Opéra de Lyon

On y voit du théâtre, des opéras, bientôt le tout nouveau cinéma. Les années passent, les directeurs se succèdent, et les scandales de gestion pullulent… On installe une scène tournante… Les années passent… Le bâtiment s’abîme, décrépit… Quand tout à coup : « OSEF !! » (ndlr : on s’en fout) s’écrie-on à Lyon ! On n’a qu’à juste garder les 4 murs et tout refaire !

Le bâtiment actuel

Nous sommes dans les années 80 et c’est là qu’intervient Jean Nouvel. Adepte du noir, du verre et du métal, il va garder les 4 façades en pierre, les deux étages de colonnes en péristyle (tout autour), les 8 muses (non pas 9, ça vient…) et il refait l’intérieur et le “toit”.

Le dôme de verre et métal est aujourd’hui un des symboles de Lyon. Il abrite des espaces comme le grand studio du ballet, avec des vues plutôt agréables.

visite contée de l'Opéra de Lyon

Jean Nouvel repense tout l’intérieur ambiance murs noirs, escalators, accès aux balcon par des espaces des sol fait de grilles métalliques, sas rouge vifs avant d’entrer dans la salle, salle suspendue noire.

Cela peut-être surprenant comparé aux façades classiques extérieures et à l’idée que l’on se fait d’un opéra dans l’imaginaire commun (dorures, décors, scintillement, foisonnement…). Mais Jean Nouvel veut surprendre et mettre le spectateur en condition pour qu’il reçoive au mieux le spectacle.

L’instabilité causée par les plateformes de circulation en platelage métallique (sorte de grillage) et l’impression de vertige, ne rendra le spectateur que plus attentif et concentré. L’allégorie du voyage proposée par les escalators, lui procurera cette excitation toute particulière liée à la découverte de l’inconnu que l’on a lorsqu’on voyage (ok, c’est tiré par les cheveux mais c’est ce qu’a voulu l’architecte, on invente rien !). La sobriété du noir ne fera que mettre plus en valeur le spectacle, quel qu’il soit.

Opéra de Lyon : la salle

On vire tout l’intérieur donc et on reconstruit. Tout ? Non. Le foyer résiste encore et toujours à l’envahisseur et garde son lot de dorure, fioriture… (et mauvaise acoustique).

Opéra de Lyon : le foyer

Pendant les travaux il faut déplacer les 8 muses avant de les réinstaller. Et non pas 9, nous y voilà !

Les 8 muses de l’Opéra de Lyon !

Les 8 muses de l'Opéra
Les muses de l’Opéra – copyright Laurent Berthier

Installée en 1863, les muses, pour des questions claires d’harmonies du bâtiment et de possibilités architecturales sont aux nombre de 8 alors que dans la mythologies, elles sont 9 :

  • Calliope : muse de la poésie épique
  • Clio : muse de l’histoire
  • Érato : muse de la poésie lyrique et érotique
  • Euterpe : muse de la musique
  • Melpomène : muse de la tragédie et du chant
  • Polymnie : muse de la rhétorique et de l éloquence
  • Terpsichore : muse de la danse
  • Thalie : muse de la comédie
  • Uranie : muse de l’astronomie

La manquante est Uranie. Mais pourquoi diable n’est-elle pas représentée avec ses chères comparses ? Cette histoire de muses semble traumatiser les lyonnais et tous les touristes de passage. Serait-ce le secret lyonnais le plus enfoui, le plus insondable ? On cherche la raison, obscure, pour cet oubli… Malheureusement, l’histoire n’a rien du scandale que les journaux à succès essayent d’imaginer…

Uranie n’est pas représentée car il n’y a la place pour 9, et elle était déjà représentée à Lyon, sur la place des Cordelier au moment où l’Opéra est construit. Nécessairement les 8 autres seront prioritaires !

Pour en savoir plus sur les muses, écoutez dont notre épisode du podcast « Histoires et Gognandises lyonnaises » ! (Retrouvez le texte de cet épisode ici)

      Les muses de l'opéra

Aujourd’hui on peut déguster un café aux muses en regardant leurs derrières et les toits de Lyon !

Cafe des muses de l'Opéra

Vous savez quoi ? On mène régulièrement une visite contée de l’Opéra de Lyon qu’on a écrit. Si vous voulez la suivre, vous pouvez vous renseigner directement auprès de l’Opéra en cliquant sur ce lien.

Comments

Laisser un commentaire