Les idées reçues sur les visites guidées
visites guidées vieux lyon saint jean

Allez, avouez, ces idées reçues sur les visites guidées vous ont sans doute déjà traversé l’esprit non ? Une visite poussiéreuse, trop longue, un.e guide barbant.e qui énumère des dates et des références historiques inconnues… Un truc de touristes à la queue-leu-leu derrière un parapluie… Allez, avouez !

Aujourd’hui, nous allons vous prouver que chez Cybèle, toutes ces idées reçues sont fausses ! Avec des preuves à l’appui, des chiffres, des pourcentages, et même des témoignages de vraies personnes. Au sommaire :

  • #1 : Les visites guidées, c’est pour les touristes et pour les vieux.
  • #2 : Les visites guidées, c’est juste une énumération de dates
  • #3 : Les visites guidées, c’est plein de références historiques qu’on n’a pas, c’est trop difficile à suivre
  • #4 : Les visites guidées, c’est toujours avec un.e guide barbant.e et poussiéreux.se
  • #5 : En visite guidée, on se retrouve avec 50 personnes et on n’entend pas le.la guide
  • #6 : Les visites guidées, ça ne sert à rien, on a Wikipedia
  • #7 : Les visites guidées, c’est pour découvrir les plus beaux quartiers de la ville
  • #8 : [spécial lyon] Les visites guidées, c’est pour visiter toutes les traboules privées parce que les guides ont tous les codes et toutes les clés

#1 : Les visites guidées, c’est pour les touristes et pour les vieux.

Chez Cybèle, on pense qu’une visite guidée doit être un voyage dans le temps. Une plongée dans une autre époque, à la rencontre de celles et ceux qui vivaient là avant nous. Il y a 100 ans, ou 1000 ans. On aime rentrer dans la petite histoire des quartiers, les anecdotes des habitants de la Guillotière ou de la Croix-Rousse autrefois. On aime transporter les visiteurs dans les aventures extraordinaires des gens ordinaires, ceux qui étaient comme nous. Et clairement, ça captive tout le monde, quelque soit l’âge ou la provenance !

D’ailleurs, ça marche même mieux avec les lyonnais qui ont déjà une certaine connaissance de la ville, et qui veulent se projeter plus intensément dans ce qu’était cette ville autrefois.
Et puis, vous avez quelque chose contre les vieux ? Nous non.

Les preuves :

  • Seulement 10% de nos réservations sont prises par des plus de 65 ans.
  • 80% de nos réservations sont prises par des habitants du département du Rhône, et 48% de nos réservations sont prises par des habitants de Lyon ou Villeurbanne !
  • Merci à Olivier pour la visite, hier après-midi. C’était très agréable, instructif et amusant. Nous connaissons bien Lyon et nous avons quand même découvert des choses nouvelles (certaines traboules notamment, mais aussi de nombreuses anecdotes). Cela nous donne envie de faire d’autres visites…” Patrice T. sur notre Livre d’or

#2 : Les visites guidées, c’est juste une énumération de dates

Les dates, ça soule tout le monde. Et ce que l’on ignore, c’est que ça soule pas mal de guides aussi. C’est sans doute la raison pour laquelle certain.e.s guides vous balancent trop de dates : c’est tellement galère à retenir, il faut bien que ça serve à quelque chose !
Bon, ok, c’est vraiment la pire des idées, on vous l’accorde.

C’est pour ça que chez Cybèle, on aime les visites qui se passent à UNE SEULE DATE. Comme ça, c’est la seule qu’on donne dans toute la visite. Plus facile pour le/la guide, et moins pénible pour les visiteurs ! Pas mal non ?

Les preuves :

  • La visite contée de la Croix-Rousse raconte ce qu’il s’est passé le 21 novembre 1831.
  • La visite contée de l’Hôtel-Dieu raconte ce qu’il s’est passé en 1633.
  • La visite contée du Vieux-Lyon raconte ce qu’il s’est passé en septembre 1548.
  • Il ne suffit pas de parler de patrimoine en alignant des dates ou des faits, encore faut-il l’animer, lui donner un souffle de vie. C’est ce à quoi Cybèle excelle. […] A faire absolument !” Guillaume R. sur TripAdvisor

#3 : Les visites guidées, c’est plein de références historiques qu’on n’a pas, c’est trop difficile à suivre

C’est un peu l’extension du problème des dates. Et là dessus aussi, on est toujours extrêmement vigilants. On essaye toujours de donner plusieurs références, pour que les visiteurs soient le plus à l’aise possible, quelques soient leurs références ! (Parfois la référence c’est… Game of Thrones ! Et c’est très bien aussi !)

Mais surtout, on raconte des histoires. Des aventures. Avec des héros auxquels on s’attache, et des personnages touchants. Alors références ou pas, nos visiteurs sont toujours pris dans l’aventure !

Les preuves :

  • Merci agent L pour la super visite des Traboules du Vieux Lyon en compagnie d’Isabeau. Samedi 10h30, une parfaite heure pour « trans-ambulare » sans trop de monde ! Merci pour les anecdotes et le ton ludique permettant une visite à la fois enrichissante sans être trop scolaire. Bonne continuation ! Nous vous recommanderons…” Clémence D. sur notre Livre d’or
  • J’avais organisé « une surprise » pour mes 3 enfants, 9ans, 6ans et 4mois et mon mari. Nous voilà arrivés dans le quartier sous une pluie battante, chacun se taisant pour ne pas hurler : « Maman! Elle est pourrie ta surprise!!!! » Et voilà l’agent C qui arrive et nous envoûte des les premières phrases… mon fils vient alors vers moi et me dit au bout de quelques minutes, en chuchotant: « ça va Maman, elle est pas trop nulle ta surprise »! C’est très très chouette! Magique. Les enfants ont l’habitude des histoires et pas les adultes et que c’est bon . Je me suis surprise à y croire vraiment… et maintenant on veut tous y retourner!” Sophie sur notre Livre d’or

#4 : Les visites guidées, c’est toujours avec un.e guide barbant.e et poussiéreux.se

#5 : En visite guidée, on se retrouve avec 50 personnes et on n’entend pas le.la guide

Chez Cybèle, nous travaillons avec des orthophonistes, des comédien.ne.s, une conteuse, pour apprendre à parler en extérieur à des groupes sans se faire mal et avec suffisamment de volume. Et la question du confort du groupe est l’une des premières choses que l’on enseigne à nos stagiaires.
Évidemment, avec 50 personnes dans un groupe, ça se passe forcément mal si on n’utilise pas d’audiophones (et nous n’en utilisons jamais). C’est pour ça qu’on limite les groupes à 25 personnes (quand l’état d’urgence sanitaire ne nous limite pas à 6…)

Si on a choisi 25, c’est parce qu’on sait qu’on peut maitriser notre voix pour ce nombre là.
C’est aussi une attention que l’on porte lorsque l’on écrit nos nouvelles visites. Il nous arrive de changer de parcours, voire même d’histoire quand un lieu où l’on voulait s’arrêter est trop bruyant.

Visite guidée Place des Jacobins

Par exemple, on ne fera plus jamais passer nos visites par la place des Jacobins. C’est beau, mais soit on ressort aphone, soit vous n’entendez rien !

Mais il y a une autre idée reçue à casser ici : celle selon laquelle plus le groupe est petit, mieux c’est. Vous vous imaginez aller voir une pièce de théâtre et n’être que 2 dans le public, avec les comédiens qui ne regardent que vous ? Bof hein… Chez Cybèle, c’est certain, plus on est de fous plus on rit !

Les preuves :

  • Notre moyenne : 21 personnes pour un guide
  • Toute l’équipe a encore une voix en bon état, même avec des masques.
  • On a pas d’autres preuves. Vous n’avez qu’à venir tester ! 😉

#6 : Les visites guidées, ça ne sert à rien, on a wikipedia

On vous met au défi de garder l’attention de vos copains ou votre famille pendant 1h, ou même 30 minutes, à partir des articles wikipédia.
Être guide, c’est un métier. Un vrai savoir-faire. On se charge de toute la partie pénible pour vous : lire des tonnes de bouquins avec beaucoup d’infos (parfois intéressantes, parfois franchement rébarbatives). Ensuite, on digère, on fait notre sélection, on choisit ce qui nous semble pertinent, intéressant, et surtout, on travaille la façon de vous le retransmettre.

C’est pour ça que faire des visites guidées, c’est loin d’être un simple petit job d’étudiant alimentaire…

Les preuves :

  • Dans notre visite-quizz “Lyon j’y aime”, on explique le fonctionnement d’un métier à tisser, sans métier à tisser, sans image, et avec des blagues. (On en est pas peu fiers de celle-là)
  • On vous raconte la révolution française (qui est l’un des épisodes de notre histoire les plus compliqués à expliquer !) et ce qui s’est passé à Lyon, en 5’30 minutes. Jugez par vous-même.

#7 :Les visites guidées, c’est pour découvrir les plus beaux quartiers de la ville

Non.

Les visites Cymoche

Découvrez les visites Cymoche

#8 : [spécial lyon] Les visites guidées, c’est pour visiter toutes les traboules privées parce que les guides ont tous les codes et toutes les clés

Là, c’est une idée reçue qui ne concerne que les visites guidées de Lyon : bien souvent, les visiteurs pensent que nous allons les faire rentrer dans des traboules fermées au public. Malheureusement, le principe d’un lieu fermé au public, c’est qu’il est… fermé au public. Et chez Cybèle, nous souhaitons avant tout respecter la vie des gens qui habitent dans les quartiers que nous faisons visiter.

Traboules de Lyon

Avant la crise du COVID-19, la vie dans le Vieux-Lyon était de plus en plus insupportable, Clara notre stagiaire avait écrit un article à ce sujet. En mai, juin, dans certaines traboules, c’était un défilé continu de groupes, pas toujours (voire même rarement) respectueux, et très bruyants. Nous ne souhaitons pas imposer cela aux habitants qui ont choisi de ne pas ouvrir leurs traboules pour des visites guidées.
C’est triste, mais c’est comme ça.

On n’a pas de codes ni de clés, par contre on sait comment entrer pour visiter toutes les traboules discrètement. Mais ça, on ne l’écrira pas ici, il faudra venir faire une visite et nous demander gentiment ! 🙂

Comments

février 5, 2021
[…] est disponible. On y comprend bien pourquoi leurs visites ne sont pas du tout conventionnelles. C’est une lecture bien sympa qu’on vous invite à faire ici. Pour les bons cadeaux, c’est par […]

Laisser un commentaire