Légendes et mystères de la Croix-Rousse – Audio-guide gratuit

Nous choisissons ce vendredi 13, que certains disent porte-bonheur et d’autres porte-malheur pour partager cet audio-guide ! Nous vous offrons cette balade à travers les légendes lyonnaises, les mystères et les vieilles histoires que l’on se raconte encore…

Cet audioguide vous emmènera à travers les pentes de la Croix-Rousse, et les monuments emblématiques qui s’y trouvent ! Au programme : la dame blanche des remparts de la Croix-Rousse, la légende du Gros Caillou, le mystère des arêtes de poisson, l’histoire de l’intronisation des « gandousiers » (une histoire à base de caca), ou tout simplement, un petit résumé de l’histoire de la Croix-Rousse…

Voici tout d’abord la carte, avec les points par lesquels nous vous proposons de passer. Le point bleu correspond au départ de la balade.

Voir en plein écran

Ci-dessous, vous trouverez le descriptif de la balade avec les indications de parcours, et les pistes à écouter au fur et à mesure. Tout en bas, la playlist avec toutes les pistes audio. Belle découverte !

Si l’audio-guide ne vous intéresse pas, descendez tout en bas de cet article pour lire la légende des loups-garous lyonnais…

Boulevard de la Croix-Rousse

Commencez par écouter la légende de la Dame Blanche de la Croix-Rousse que l’ont voyait sur les remparts. Les remparts de Lyon se situaient à l’emplacement exact du Boulevard ! Ils furent démolis lorsque la Croix-Rousse fut annexée à Lyon en 1852.

      La dame Blanche

Place de la Croix-Rousse

Au centre de la place, Joseph-Marie Jacquard. Écoutez, il va vous parler…

      Joseph-Marie Jacquard

Voyez tous les cafés et bistrots autour de vous… La Croix-Rousse est un quartier festif. Pour participer à la fête, voici une chanson populaire (à boire!) de la Croix-Rousse

      Chantons les grattons

Le gros Caillou

Rendez-vous désormais jusqu’au gros Caillou. Il se trouve tout au bout du boulevard. Et écoutez la légende du Gros Caillou…

      La légende du Gros Caillou

Atelier de Soierie

Nous vous proposons désormais de descendre par la rue Célu et la rue Justin Godard. Vous pouvez vous arrêter à l’Atelier de tissage de Soierie Vivante. Entrez, et n’hésitez pas à suivre une visite guidée de l’atelier avec une démonstration de tissage. Vous pouvez aussi écouter le témoignage des enfants de canuts, les tisseurs de soie lyonnais, qui vous raconteront leur quotidien.

      Les enfants de canuts

Les arêtes de poisson

Remontez jusqu’à la rue Célu, et prenez à gauche. Continuez tout droit jusqu’à la rue Motet de Gérando, et arrêtez-vous à l’angle de la rue Grognard (ce sont en fait des escaliers). Tout en bas, on découvrit dans les années 1950 une entrée sur les mystérieuses arêtes de poisson…

      Le mystère des arêtes de poisson
C’est au bas de ces marches que les arêtes de poisson ont été découvertes…

La cour des Voraces et le chant des Canuts

Continuez la rue Motet de Gérando jusqu’à la place Colbert. Entrez au n°9 de la place : c’est une traboule ! Entrez sans faire de bruit, en chuchotant et en respectant les gens qui vivent dans cet immeuble : vous êtes chez eux. Cette traboule est célèbre, elle est surnommée « Cour des Voraces ». Les voraces étaient des canuts qui luttaient pour de meilleurs tarifs, et pour vivre dignement. Voici le chant qui fut composé en leur honneur par Aristide Bruant à la fin du 19e siècle.

      Le chant des canuts

Pour en savoir plus sur l’histoire des canuts, venez suivre notre visite contée de la Croix-Rousse « Jirôme ou la révolte d’un canut » (accessible à tous dès 8 ans)

L’intronisation d’un gandousier

Descendez par la cour des voraces, arrivés dans le petit passage entre les immeubles, en dessous des boites aux lettres décorées, prenez à droite et continuez votre descente. Vous arrivez dans la rue Imbert Colomes. Juste en face de vous : une autre porte ouverte. C’est une autre traboule ! Entrez (sans faire de bruit), et observez depuis le haut des marches, un grand rectangle de galets dans la cour. C’est là que se trouvait la fosse d’aisance de l’immeuble, qu’il fallait régulièrement vidanger… Ceux qui étaient chargés de ce travail étaient appelés les « Gandousiers », surnommés aussi « parfumeurs »…

      L'intronisation d'un gandousier

La battle des collines

En sortant de la traboule, prenez à droite, montez les quelques marches et partez dans la rue des Tables Claudiennes. Vous arriverez bientôt au dessus de l’amphithéâtre des Trois Gaules. De là, vous avez une vue magnifique sur la colline de Fourvière. Et si les collines ne s’entendaient pas si bien que ça ?…

      La battle des collines

L’histoire de la Croix-Rousse

Descendez par le jardin pour admirer l’amphithéâtre. C’est l’un des vestiges les plus anciens de ce quartier. Écoutez l’histoire de la Croix-Rousse…

      L'histoire de la Croix-Rousse

Tony le Grand Gognand

Prenez la rue Burdeau puis descendez par le magnifique passage Thiaffait. Arrivés tout en bas, vous vous trouverez dans la rue Leynaud, et à votre gauche se trouve l’église Saint-Polycarpe. Tony aimait jouer à la fiarde sur les marches de l’église, mais le vieux curé ne l’entendait pas de cette oreille…

      Tony le grand gognand

La balade est terminée !

Pour finir, nous vous recommandons de prendre un petite verre sur l’excellente terrasse de l’Épicerie Pop, à quelque pas de là où vous vous trouvez, à côté de la place Sathonay. Vous avez bien mérité un peu de repos… 😉

Épicerie Pop : 5 place Fernand Rey – 69001 Lyon – 09 52 23 53 42

Le vendredi 13 à Lyon et les loups garous…

Gravure allemande représentant un loup garou – 1722

Nous profitons de cette publication pour vous raconter une autre petite histoire…

Vous avez forcément déjà entendu parler des loups-garous. Ces créatures monstrueuses, d’apparence humaine tout à fait normale le jour, mais qui dès la pleine lune arrivée, se transforment en bêtes velues assoiffées de sang…

Certains disent que les loups-garous seraient lyonnais.

En effet, avant l’arrivée des romains, les gaulois installés ici vénéraient, en haut de la colline de Fourvière, un certain Dieu Lug. Les romains, en s’installant sur la colline, ont d’ailleurs renommé la ville « Lug-dunum » (la colline de Lug).

Or, après le 5e siècle, la ville a été romanisée, puis christianisée. Mais le clergé Lyonnais qui a passé des décennies entières à se battre contre les hérésies de l’église craint que des habitants vouent encore un culte à l’ancien dieu celtique « Lug ».
Aussi, pour effrayer la population et la dissuader de s’acoquiner avec les adeptes du Dieu Gaulois, ils font croire à la population que les Lug-Gariens sont les adeptes du Dieu qui la nuit, se transforment. Devenus animaux, ils perdent tout leur savoir-vivre humain, ne sont plus que des bêtes sans contrôle.

On vous raconte plein d’autres histoires dans notre audio-guide ci-dessus, profitez-en, partagez-le, faites-en bon usage !

Retrouvez aussi notre audioguide du Vieux-Lyon.

Nos visites insolites de la Croix-Rousse

cybele-2

Visite contée de la Croix-Rousse

Jirôme ou la révolte d'un canut
Croix-Rousse
8 ans et +

Enquête à la Croix-Rousse

Six pieds sous la Croix-Rousse
Croix-Rousse
Adultes

Comments

Laisser un commentaire