Le parler lyonnais du confinement

Comment nos ancêtres canuts auraient vécu ce confinement ? On a imaginé les consignes en bon vieux parler lyonnais. D’ailleurs, pas si vieux que ça puisqu’un de nos visiteurs nous a envoyé une très jolie lettre… en lyonnais ! Vous pouvez la lire ici.

Chècun.e dans sa cabiotte !

Quèque t’as ? Te peux plus rouler les bauches* ? Te peux plus te rinçer l’corgnolon et cigroler* acque tes copains ? Gn’avait plus de z’automaboules aujourd’hui su’l boulevard ? Te voulais faire un viron*, te bambaner et te peux pas ? Et y a même plus personne qui chapote* à ta porte ?
Te t’dis : “Si j’peux plus me fioler* acque les copains, c’est plus la peine ?”. C’est pour ça qu’t’a mis plein de PQ dans ta filoche* : pour aller chiailler* seul aux écommuns*.

Et oui, c’est l’confinement ! Tous les merdecins i l’disent : Que t’aies une caborne*, une Jacobine* ou une cabiotte de plan-de-pied avec de belles murailles ; Qu’elle soit plein matin ou plein nord ; Que te soye seul.e, avec tes gones ou qu’t’entre gendre* : Te reste chez soi !

Faut pas qu’ça t’tire peine* ! Nous les Yonnais, on va te l’dire comment confiner : En apprenant le parler Lyonnais ! Y paraîtrait que tant plus qu’on apprend, tant plus qu’on a envie d’apprendre !

Les ecommuns sur le palier à la Croix-Rousse

Quèque te dois faire ?

Faut pas qu’tu soyes un barfouillon*, vas tl’aver tous les doigts de l’a main : gros det, laridet, longue dame, jean du siau et le quinquin.
Arrête de grabotter* ton nez ! Y va dev’nir gros comme une truffe* ! Carcavele* dans ton coude.
Va dans les Masaguins que si te dois vraiment !

Chècun.e y doit s’occuper !

Si te t’dis que dans c’te maison tout part à la bourdifaille* : Ranges et après tu balieras* !
Y’a plein de trucs qu’on peut faire à soi tout seul. Sois intriguant* ! La porte ferme mal ? Faut changer la tracole* ? Elle est cassée ? Eh bah c’est le moment !

Les bouchons sont fermés et y faut bien manger ! Si te veux, te peux préparer une bonne chicaison* (clapotons, salade de groins d’âne au z’harreng, claqueret ou cervelle de canuts…). Parc’que vaut mieux prendre chaud en mangeant que froid en travaillant !

Te va pouvoir appliquer cette phrase que t’aime tant : Le tout c’est pas d’y faire, c’est d’y penser ; mais le difficile, c’est pas d’y penser, c’est d’y faire.

Si même acque ça, chècun.e font de son mieux et pourtant rien ne va plus…

Chècun.e y doit se détendre !

Mets tes bamboches*. Te peux rester bien plan-plan et t’mettre en sale* !
Faites des chicaisons* à regonfle comme ça, te fais la prenière* jusqu’à 5 heures et te trouves drôle que t’as plus l’temps de faire quèque chose d’aut’.
Si même acque ça, tu t’trouves tant d’ennui que te t’es agrogné* dans ton lit. Et que te commence à te faire flique*…

Chècun.e y doit être agriâble

Tant mieux si ton gone y est tarabâte*, au moins y sera pas caquenano* ! Faut qu’tu soyes amitieux* avec tes gones, ton homme, ta fenotte, ton miron*, ta plante verte !
Et faut pas qu’tu soyes quinchard* trop tard pour pas gêner tes voisins. Te dois aimer ton prochain et ta prochine !

Va pas dépenser tous tes pécuniaux* ! Garde z’y bien au chaud pour le retinton* de fin de confinement. Parce qu’il faut bien s’le dire : on va faire une bonne tune* comme on les aime !

Et comme tout le monde peuvent pas être de Lyon, il en faut ben d’un peu partout, et que nous on aime partager, voilà des bonnes recettes lyonnaises !

La place bellecour vers 1910
La place bellecour vers 1910

Dictionnaire

Rouler les bauches : Jouer à la boule lyonnaise
Cigroler ou sigroler:  Traîner
Se rincer le corgnolon : Boire un coup
Un Viron : Promenade
Se bambaner : Flâner, se promener lentement.
Chapoter à la porte : frapper à la porte
Se fioler : S’enivrer
Une filoche : Filet à provision
Chiailler : Pleurer, chialer
Écommuns : Les toilettes communes aux locataires d’un même palier
Une caborne : Petite hutte, abri de champs
Une jacobine : Petite chambre sous les toits
Une muraille : Mur en pierre qui n’est pas nécessairement gros
Entrer gendre : Habiter chez ses beaux parents
Tirer peine : S’inquiéter
Un barfouillon : Personne sale
Graboter, grabotter : Gratter, chatouiller. Fouiller
Une truffe : Nom local et familier de la pomme de terre
Carcaveler : Tousser
Partir à la bourdifaille : être en désordre
Balier : balayer
Intrigant : Ingénieux, habile de ses mains
Une tracole : Loquet
Une chicaison : Repas, nourriture
Une bamboches : Pantoufles fourrées
Se mettre en sale : Mettre des vêtements de maison pour ne pas salir ceux de sortie
Une prenière : Sieste
S’agrogner : Se recroqueviller en s’accroupissant. Au figuré se décourager
Faire flique : Agacer, importuner
Agriâble : Agréable
Tarabâte : Personne ou gamin remuant, affectueux
Un caquenano : personne timide et benêt
Amitieux : Câlin, affectueux
Un miron / une Mironne : Chat / chatte
Quinchard : Se dit d’un individu criard
Les pécuniaux : Argent
Un retinton : Repas de fête
Faire une tune : Faire une fête bien arrosée

Comments

Laisser un commentaire