La ficelle

Aujourd’hui, c’est Jeanne, notre stagiaire, qui sera votre chauffeur pour ce voyage en Ficelle. Bonne lecture !

Lyonnais, Lyonnaises ! Combien d’entre vous ont déjà emprunté la ficelle à Lyon ? Combien d’entre vous savent ce qu’est la ficelle ? Certains l’utilisent tous les jours, dans leurs déplacements quotidiens… Alors ? Une idée ?

La ficelle c’est le nom que l’on donne à nos chers funiculaires !

C’est à l’installation du tout premier funiculaire, apparu bien avant les trams et métro à Lyon, que ce nom se développe parmi les habitants. Le funiculaire gravit les fortes pentes de la ville grâce à un câble de traction. C’est à cause de ce long câble, entrelacé de fils de fer et de fils d’acier, que le surnom de « Ficelle » va éclore petit à petit dans les discussions des Lyonnais pour désigner le funiculaire.

Nous ne pouvons prendre aujourd’hui plus que deux funiculaires : le F1 qui relie Saint-Jean (Vieux-Lyon) à Saint-Just et le F2 entre Saint-Jean et Fourvière. Et pourtant au début du XXème siècle ce ne sont pas moins de cinq ficelles que les lyonnais ont pu utiliser. Deux d’entre elles gravissaient les collines de Croix-Rousse tandis que les trois autres grimpaient celles de Fourvière.

Les funiculaires disparus :

La ficelle de la rue Terme (Croix-Rousse)

Ficelle de la rue terme

C’est la première qui voit le jour sur les pentes de la Croix-Rousse. On cherche à rendre le transport de marchandises plus pratique, moins fatigant et moins cher. A cette époque, la Montée de la grande-Côte est l’axe principal pour ces déplacements. Sa pente est très forte, le transport de marchandise nécessite une traction avec une aide animal, ce qui revient très cher… et fait couler énormément de sueur !

C’est en 1860 que le projet d’un funiculaire éclos, il pourrait changer la vie des marchands, mais aussi des lyonnais en général. La voie de funiculaire est mise en service en 1862. Pendant presque un siècle la ficelle de la rue Terme dessert des millions de passagers !

Dans les années 1960, on commence à se poser des questions sur l’avenir de la rame. La fréquentation est en baisse et les infrastructures devraient être changées. Sur décision de l’Etat, la ligne effectue son dernier trajet le 31 décembre 1967.

Sa voie est aujourd’hui occupée par une voie routière à sens unique !

La ficelle de Croix Paquet (Croix-Rousse)

C’est la deuxième à monter les pentes de la Croix Rousse. La ficelle de la rue Terme a facilité la progression sur les pentes mais il reste une portion du bas des pentes, très raide, freinant encore certains déplacements.

En 1889 commence le chantier d’un funiculaire allant de la Place Croix Paquet à l’angle de la rue Vaucanson et du Boulevard de la Croix Rousse. Les exploitants de la ficelle de la rue Terme cherche à ralentir la construction de cette ligne qui sera en directe concurrence avec la leur…

C’est durant ce chantier que l’on découvre une roche, énorme, de quartzite triasique métamorphique ! Roche que l’on connaît tous aujourd’hui très bien puisqu’elle trône sur le boulevard de la Croix Rousse. Et oui : c’est le Gros Caillou. Il a été porté là par un glacier des alpes… mais c’est une autre histoire !

Le gros caillou
Le gros caillou

Après 3 ans et 2,3 millions de francs (je vous laisse faire la conversion en euros) pour constructions, installations et matériels, la ficelle de Croix-Paquet ouvre ses portes aux publics le 12 avril 1891. Elle est tout de suite une très rude concurrence à la ficelle de la rue Terme, principalement par son tarif de 1 sou seulement.

Dans les années 1960, les mêmes doutes qui touchent sa rivale, atteignent la ficelle Croix Paquet. Elle est moins fréquentée à cause de différentes lignes de tramway et bus, et les installations sont à changer… On envisage alors de moderniser le funiculaire et d’agrandir la rame jusqu’à la place des Terreaux, la ligne de métro C serait-elle en préparation ?…

En 1971 la rame est modernisée et on change les rails du chemin de fer pour un chemin à crémaillère : deux rames parallèles lisses au milieu de laquelle on ajoute une rame dentelée. La dernière station est enterrée sous le boulevard de la Croix Rousse mais la ficelle s’arrêtera définitivement en 1972.

Elle ré-ouvrira deux ans plus tard en décembre 1974 comme un avant goût de notre ligne de Métro C actuelle.

Ficelle - Rame à crémaillère
Rame à crémaillère

Le ficelle St Paul (Fourvière)

Cette ficelle, dernière à voir le jour à Lyon (1900) est celle dont l’exploitation sera la plus courte. Elle sera, pendant ses 37 courtes années de vie, très peu arpentée. La ficelle de Saint Paul à Fourvière a pour but premier de rejoindre le cimetière Loyasse. Et bien que celui-ci soit peuplé… les bénéfices sont très légers. Le funiculaire permet aux vivants en visites, comme aux personnes munies d’un aller simple de s’y rendre… Non, ce n’est pas une blague ! On attachait les cercueils derrière le funiculaire sur une plateforme où on trouvait d’ordinaire les marchandises. La gare du funiculaire au sommet de la colline est rattachée à une ligne de tramway qui dessert le cimetière. Si ce n’est lors de la Toussaint, la fréquentation est très faible.

La ficelle restera en activité jusqu’à ce que ses installations deviennent vétustes. Elle sera utilisée encore quelques fois à l’occasion de la Toussaint des années 1939, 1940 et 1942. Toutes les installations seront totalement démontées l’année 1952.

Vous pouvez encore voir la gare de départ à côté de la gare Saint-Paul, à l’angle de la montée Saint-Barthélémy et de la rue juiverie.

ficelle saint-paul

Les funiculaires toujours en circulation :

Des cinq ficelles qui ont existé à Lyon il en reste deux. Elles escaladent la colline de Fourvière.

La ficelle Saint-Just

C’est la deuxième à apparaître à Lyon, la première à s’attaquer à la colline de Fourvière ! En 1878 on ouvre une ligne entre Saint-Jean et Saint-Just.
Cette ficelle est très fréquentée. La gare de Saint-Just est le départ de nombreux tramways en direction des villes périphérique de Lyon, qui apportent un trafic important sur la ligne.

En 1901 des rails à crémaillères sont ajoutés à ceux de funiculaire, pour permettre l’accès du tunnel à ces tramways. L’installation donne lieu à de nombreux déraillements sur le long terme, aucun tramway ne passera par le tunnel du funiculaire.
En 1957 on ferme la crémaillère pour installer un funiculaire plus moderne. Entre 1985 la ligne est légèrement raccourcie pour permettre l’arrivé de la rame du métro D, et en 1986 Saint-Jean est renommé Vieux-Lyon Cathédrale Saint-Jean.

Le 29 août 2011 cette ligne sera nommée F1.

La ficelle

La ficelle de Fourvière.

Cette ligne devait à l’origine être une antenne de la ficelle de Fourvière, avec un embranchement à partir de la station des Minimes. Après réflexion on modifie le projet, la ficelle aura sa propre ligne partant de Saint-Jean. Ce choix évite une correspondance, c’est un gain de temps, et surtout le coût financier est beaucoup moins important.

La ligne ouvre le 6 septembre 1900.Elle permet tout simplement de relier la Basilique de Fourvière plus facilement au centre de la ville. En 1986, à l’occasion de travaux pour la ligne de métro D, l’installation de la ficelle est totalement automatisée.

Comme son acolyte, le 29 août 2011 la ficelle reçoit son nom de F2.

Visiter Lyon avec la ficelle

Aujourd’hui les funiculaires font partie du réseau TCL. Vous trouverez un ticket spécial funiculaires : 3€ pour un aller-retour dans la même journée… Sachez tout de même que si votre allez-retour dure moins d’une heure, ou si vous avez l’intention de descendre à pied, il vaut mieux prendre un ticket de transport classique.

Alors à bientôt sur les ficelles !

Comments

Laisser un commentaire