L’horloge Charvet, dite « Horloge aux Guignols »
Horloge aux Guignols

En ce mercredi 20 janvier 2021 à midi, une inauguration très attendue a eu lieu. Il ne s’agit pas de l’inauguration du président américain Joe Biden qui est d’une banalité affligeante, mais de celle de l’Horloge Charvet, dite « Horloge aux Guignols », toute fraichement restaurée et tant attendue par les lyonnais.

L’histoire insolite de l’horloge

Cette horloge fut construite en 1852 par l’horloger lyonnais Charvet. Une maison de renom ici à Lyon : si vous observez toutes les horloges publiques sur les façades des bâtiments, ou dans les rues, vous remarquerez que bon nombre d’entre elles sont signées « Charvet ».

Horloge Charvet
Crédits : Yves Neyrolles

La maison fait fabriquer un magnifique mécanisme d’automates qui aux heures fixes et à tous les quart d’heure font sonner des cloches. Les quatre automates (Polichinelle, Arlequin, Guignol et Gnafron) rendent hommage au marionnettiste lyonnais le plus célèbre : Laurent Mourguet qui manipulait les marionnettes italiennes de Polichinelle et Arlequin avant d’inventer Guignol et Gnafron.

Un cinquième automate sort de sa cachette à chaque heure fixe : c’est un soldat qui joue de la trompette ! La réalisation du cœur du mécanisme est confiée à une maison Jurassienne, la maison Bailly-Comte, à Morez.

Gaëlle Giralt, Philippe Carry, Guignol, Gnafron
Gaëlle Giralt et Philippe Carry, Guignol et Gnafron. Crédits : Yves Neyrolles

La maison Charvet quand à elle, possède une belle boutique rue de l’impératrice (aujourd’hui rue Édouard Herriot) et veut se faire un peu de pub. En 1864 elle demande à la ville l’autorisation d’installer cette grande horloge monumentale (7m de haut quand même !) dans la rue, et rappelle aux pouvoirs publics qu’elle pourrait être exemptée d’impôts car elle remplit une mission de service public : donner l’heure aux lyonnais.

Elle est donc installée dans un petit renfoncement du mur, à l’angle de la rue de la Poulaillerie et de la rue Édouard Herriot. À la fin des années 1980, la maison Augis qui a repris la boutique la fait restaurer et mécaniser. Elle restera sur ce bout de mur 156 ans, jusqu’en 2020.

horloge aux guignols poulailerie
Dernière image de google street view qui montre encore l’Horloge rue de la Poulaillerie.

Malheureusement, l’horloge qui entre temps a été rachetée par la société Fortune finit par tomber en panne et il n’y a plus personne pour la restaurer. On l’oublie. Elle ne sonne plus et prend la poussière dans son petit coin de rue.

L’histoire (compliquée) de son rachat par la mairie

En 2005, l’horloge est mise aux enchères publiques, mais la ville signe un arrêté de conservation du domaine public et la vente est annulée. Des négociations commencent, et après de longues procédures judiciaires compliquées, l’horloge est finalement vendue à la ville de Lyon pour la modique somme de 100.000€.

Des années se sont passées, et les lyonnais qui attendaient sa restauration et son installation sur la façade du musée Gadagne s’impatientent ! Voici un petit extrait de la Chronique du Père Craquelin par Gérard Truchet (extrait du Journal RVL n° 150, juin 2018).

“Elle trône, encore et encore, en rue de la Poulaillerie, toute détrancanée, contre un mur, ousque la ville est obligée de payer, une location pour qu’elle y reste. Faut ben être couenne quand même ! car, avèque ce cuchon de pécuniaux que sont déprofités, y a ben longtemps que les travaux de déplacement seraient payés rubis sur l’ongle et qu’elle embellirait un coin de notre Vieux-Lyon. Mais va te faire fiche. À croire que nos responsables irresponsables, fervents défenseurs de notre patrimoine, attendent comme des fourachaux qu’elle finisse par se petafiner pour de bon et aille… aux équevilles. Tas de babians !”

Horloge charvet dite horloge aux guignols

L’histoire de sa longue restauration

Au mois de juin 2020, l’horloge quitte enfin la rue de la poulaillerie pour partir en restauration chez Philippe Carry, célèbre horloger de Saint-Paul. L’horloge va être démontée, nettoyée, réparée dans l’atelier de la rue Juiverie, à quelques pas de son emplacement final sur les murs du musée Gadagne. Voici quelques images de sa restauration.

Enfin, l’installation sur le mur du musée Gadagne a commencé début septembre pour 3 longs mois, avant l’inauguration tant attendue en ce mercredi 20 janvier à midi !

Horloge aux guignols
Joe Biden venu inaugurer l’Horloge aux Guignols

Vous pouvez désormais vous rendre à toute heure du jour (mais pas de la nuit !) dans le Vieux-Lyon, à l’entrée du musée Gadagne (place du petit collège) pour entendre le doux son de cloche frappée par Guignol à chaque heure pile.

Fun fact

L’horloge est surnommée à tort « Horloge aux Guignols » puisqu’il n’y a qu’un seul Guignol et 4 autres compères (le soldat Trompette, Gnafron, Arlequin et Polichinelle).

Les travaux de restauration et d’installation sur le mur du musée Gadagne ont coûté plus de 200.000€ ce qui revient à un total de plus de 300.000€ pour la municipalité !

Toute la restauration a été suivie par le photographe Yves Neyrolles, revivez toute cette aventure en images ici !

Grand merci à la Renaissance du Vieux-Lyon pour son article très complet, et les photographies de Yves Neyrolles.

Comments

Laisser un commentaire