Cybèle et le coronavirus #3 😷
L'équipe Cybèle masquée

Nous ne vous avions pas donné de nouvelles détaillées depuis le déconfinement (lire Cybèle et le coronavirus épisode #1 et #2).

Il y en a des bonnes (si ! si ! on vous assure !), des moins bonnes et des franchement mauvaises.

Les bonnes nouvelles

Après une très lente reprise dès le premier week-end déconfiné, les visiteurs et visiteuses des week-ends ont été de retour.

Avec une première surprise : pendant quelques semaines, le best-seller des samedis, d’habitude complet une quinzaine de jours avant chaque visite, la visite interdite aux moins de 18 ans “La Gaule et le mont de Vénus”, n’a pas attiré les foules. Le confinement aurait-il moins poussé aux découvertes historiques et coquines ? Hypothèse peu probable : cette visite fait à nouveau le plein depuis.

Nous sommes d’ailleurs très content-e-s des vacances d’été ! Nous avions ouvert pour la première fois des visites TOUS les jours : les Lyonnais-e-s et Rhônalpin-e-s ont été aux rendez-vous. Près de 2.000 personnes nous ont suivi-e-s en visite cet été, 3 fois plus qu’en 2019. Et ce malgré le fait que les jauges soient passées de 25 personnes à 20 ou 15 selon les quartiers pour respecter la distanciation physique.

La billetterie des particuliers en septembre a bien marché aussi, les chiffres des week-ends sont bons.

L'équipe de Cybèle regardant les chiffres de l'été
L’équipe de Cybèle regardant les chiffres de l’été

Des visites ! des visites ! encore des visites !

Nous multiplions donc les séances en billetterie individuelle.

Nous avons ouvert sur notre calendrier de réservation en septembre des visites les mercredis et en octobre tous les après-midis en semaine (d’habitude, les visites des particuliers en semaine sont programmées uniquement pendant les vacances scolaires).

Et puis malgré les jauges réduites pour cause de distanciation physique, dès qu’une visite est complète et quand nous sommes disponibles, nous doublons la jauge et nous venons à deux guides.

Ça, c’était les bonnes nouvelles.

Les mauvaises nouvelles

Parce que pour les deux autres piliers de l’activité en semaine, les entreprises et les scolaires, c’est très très (trop) calme.

Jamel Debbouze "j'préfère quand c'est un peu trop plus moins calme..."

Sur une année, ces deux types de clientèles comptent pour 50% du chiffre d’affaires. On espère que les scolaires reviendront au printemps, on croise les doigts, mais on craint que non…

Pour les entreprises, on sait bien que les grands groupes venant en séminaire de toute la France et nous réservant une centaine de places on peut mettre une croix dessus cette saison. Peut-être arriverons-nous à sauver quelques petits groupes d’une quinzaine de personnes de-ci de-là.

Les 20.000€ de chiffres d’affaires de cet été sur la billetterie des particuliers (à comparer avec les 7.000€ sur la même période en 2019) et les quelques 12.000€ d’aides reçues ne compensent pas du tout les pertes de chiffres d’affaires. Sans compter la période du confinement, de début mai à début juillet, au lieu d’accueillir plus de 4.000 élèves en visite contée, cette année nous avons eu… 0 élèves ! soit 40.000€ en moins.

Nous finissons le mois de septembre avec une chute de plus de 50% de l’activité par rapport à septembre dernier.

La très mauvaise nouvelle

En tant qu’entreprise du tourisme, nous devrions continuer à recevoir l’aide du fonds de soutien de 1.500€ mensuel jusqu’en décembre (nous ne l’avons pas touchée en juillet ni en août). Idem, nous continuons à bénéficier de l’activité partielle jusqu’en décembre dans les mêmes conditions que celles du printemps. Nous avons obtenu 41.000€ de prêt à notre banque (un prêt garanti par l’Etat).

Mais nous devrons commencer à rembourser à partir du printemps 2021, à un taux encore inconnu. Cet argent couvre nos charges fixes incompressibles hors salaire sur toute la saison à venir, afin que toute la marge bien réduite dégagée par l’activité aille aux salaires.

Pole Emploi logo

Mais ces aides et le prêt ne suffisent pas à compenser la chute de l’activité. Celle-ci nous a obligé-e-s à supprimer le poste d’agent de billetterie / commerciale. Nous nous partageons à nouveau ces missions entre les trois associé-e-s. Nous avons procédé à notre premier licenciement économique à la fin de l’été et nous avons dit au-revoir à Laetitia.

Malheureusement, le même danger plane sur le poste de guide-comédienne (occupée par Laurie, en CDI depuis l’été 2019). Cela va dépendre de l’activité de cet automne…

On ne se laisse pas abattre : un nouveau concept à venir

Cela dit, comme au printemps, nous nous retroussons les manches… et nous inventons de nouvelles choses ! En octobre, nous vous concoctons un nouveau concept de visite décalée.

Patience, patience, on vous le dévoilera très bientôt…

Audrey Hepbrun surprise enlève ses lunettes de soleil

Comments

Laisser un commentaire