Courrier des lecteurs : L’Henri de Brindas

Un de nos visiteurs nous a envoyé un courrier, avec son accord, on vous le partage. Merci à lui !

Bonjour les Gones,

Ben vous parlez d’un bocon ce coronavirus, d’abord il est pas russe y vient de Chine.

Non seulement y nous oblige à nous cloitrer dans nos cambuse comme dans un carmel, mais en plus y faut se mettre un bout de papelard sus le museau, un masque qui nous dit le ministre, mais nom d’un rat c’est pas carnaval ! De plus y faut se laver les menines toutes les trois minutes.

Quand on était Gones que notre Miman nous disait « va te laver les mains » on répondait « mais j’suis pas sale j’ai rien fait ». Maintenant faut pas rebriquer y faut y faire aque, comment qui disent ? une solution hydroalcoolique. Je sais pas si vous y avez remarqué mais la y en a pas un qui dit « avec modération » pourtant y a de l’alcool dans ce bouillon !

Alors dans ma petite tête d’oiseau j’me suis dit : mettre un masque d’accord, me laver les pieds de devant d’accord, mais le dedans je le lave comment ? Vous pensez bien que dans mon cabochon y pas que de la cervelle de canut, j’me suis dit j’vais le fabriquer moi ce produit miracle.

J’ai pris du sirop de parapluie que j’ai mélangé aque du vin 50/50 non pas du vin de BRINDAS, le vin qui se boit à trois mains : une qui tient le verre deux qui se cramponne à la table. Y en a plus, quoi que y doit en rester queques bouteilles au vieux BRINDAS vous savez des flacons aque un gros cul ou une partie du liquide a fait la malle, comment y disent les disciples de St Vincent « la part des anges ».

J’ai pris un vin de table ordinaire 11°  un picrate quoi !  et hop au frigo histoire que ça soye convenable au corgniolon. Ben mes aïeux j’sais pas si mon intérieur est propre, mais ça que je sais c’est que ça vaut pas le Juliénas.

J’ai pas pris la vasivite c’est déjà une chance.

Tout compte fait avec toutes les radios et autres scanners que nous fait passer le merdecin la beauté intérieur je connais, alors j’vais vous dire : la propreté du dedans je m’en tamponne pourvu que je prenne pas s’te saloperie.

Tenez-vous en bonne santé

Je vous fais peter la miaille mes belins belines.

L’Henri de BRINDAS

Comments

Laisser un commentaire