Les tours des Gratte-Ciel de Villeurbanne 🛕

Mercredi 15 avril 2020

Pendant le confinement, chaque jour une chanson ou une histoire ! Aujourd’hui nous avons interrogé les tours des Gratte-Ciel de Villeurbanne.

      Les tours des Gratte-ciel

👉 Pour nous soutenir : achetez un bon cadeau pour une visite insolite de Lyon !


À l’entrée du quartier des Gratte-ciel de Villeurbanne se trouve une statue nommée “Le Répit du Travailleur”. Cette statue représente un homme la tête posée sur son outil de travail. Elle est le symbole de ce quartier, construit pour les ouvriers dans les années 30. Ici, les ouvriers pouvaient, après leur dure journée de labeur, se reposer. À l’entrée de ce quartier se trouvent également deux immenses tours de 19 étages. Je leur laisse la parole.

“Ohé… Ohéééé… c’est nous qui te parlons, là, plus haut, tout en haut oui, les deux tours là ! De là où nous sommes, le quartier est vraiment superbe. Nous, on ne se préoccupe pas des querelles politiques qu’il y a eu et qu’il y aura à propos des Gratte-Ciel… Du haut de nos 19 étages, nous sommes l’emblème de ce quartier et nous contemplons cette magnifique réalisation.

Regardez cette majestueuse avenue centrale et symétrique qui d’un mouvement mène nos regards au bel Hôtel de Ville. Sentez-vous l’incroyable sérénité que nous procure ce quartier où homogénéité, équilibre et harmonie se mêlent !

Au printemps, les premiers rayons de soleil viennent réchauffer nos terrasses. Et nous profitons de cette chaleur de longs mois durant en nous prélassant et en observant.

Nous adorons voir, en haut des immeubles, sur les gradins des étages supérieurs, les habitants qui, comme nous, dès le printemps viennent s’installer dans les transat’ au sommet des immeubles et envahir les terrasses devenues vivantes. Leurs pas sur nos sols viennent nous émoustiller en nous annonçant l’été qui revient, la vie qui reprend…

Lorsque le soleil est trop chaud, le vent vient souffler sur nos murs de brique. Il nous chatouille et tente en vain de nous faire vaciller..
Lorsque nous sommes fatiguées, embrumées, la petite bruine vient nous réveiller et rafraîchir nos verrières.
Lorsque nous sommes tristes les grandes averses viennent balayer nos tracas et nettoyer la grisaille pour redonner lumière et éclat à nos façades.

Et le plus époustouflant des spectacles se produit sous nos yeux, en regardant vers l’est, les veilles de pluie, lorsque le temps est assez clair, le Mont Blanc apparaît et vient nous narguer, nous rappelant que finalement nous ne sommes pas si grandes qu’on veut le faire croire…”


Retrouvez toutes nos « Histoires et Gognandises Lyonnaises » sur notre calendrier de confinement, ou en podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Soundcloud.

Comments

Laisser un commentaire