Le théâtre des Célestins 🎭

Vendredi 27 novembre 2020

Pendant le confinement, chaque jour une chanson ou une histoire ! Aujourd’hui, le théâtre des Célestins.

      Le théâtre des Célestin

👉 Pour nous soutenir : achetez un bon cadeau pour une visite insolite de Lyon !


Bonjour, je suis le Théâtre des Célestins.

Je m’appelle ainsi car je suis construit à l’emplacement d’un monastère de la congrégation des Célestins, installée au 15e siècle. Quelques années avant la Révolution française, le Pape supprime l’ordre des Célestins, le roi de Savoie est déclaré héritier du comte de Savoie qui avait donné les terrains au 15e siècle (on vous passe les détails du procès), puis un promoteur rachète les bâtiments et les terrains, il fait percer la rue des Célestins et la rue de Savoie. Pendant la Révolution, la liberté des théâtres est déclarée et en 1792 ouvre ici le Théâtre des Variétés.

Mais ce théâtre des Variétés ce n’est pas moi, c’est mon ancêtre.

En 1871, un terrible incendie détruit complètement le théâtre. Ça tombe bien, on le jugeait vieillot et moche, surtout depuis la reconstruction du Grand Théâtre aux Terreaux, c’est-à-dire l’opéra aujourd’hui. L’architecte lyonnais Gaspard André est choisi. Il est second Prix de Rome (ce qui est bien mais pas top).

Je suis inauguré en 1877. Après de longs travaux, quelques grèves des ouvriers, et des problèmes de crues ou de sécheresse de la Saône qui ralentissent les travaux.

Et je connais un événement terrible en 1880, trois après mon inauguration : je brûle. Mon papa Gaspard André revient à mon chevet, il me reconstruit quasi à l’identique, et je suis à nouveau inauguré en 1880.

En 2003, on me rénove complètement. On creuse on creuse dans les sous-sols, on crée une nouvelle petite salle, pile poil sous ma grande scène. En creusant, on trouve deux squelettes de moines enterrés et le trésor des Célestins : des pièces d’or perdues par les moines après un incendie au 16e siècle.

Je suis un des plus vieux théâtres de France avec la Comédie française, j’ai plus de 200 ans de représentations théâtrales. J’ai accueilli comme spectateur Napoléon. Et surtout les grands noms du théâtre français dont la grande, l’immense, l’extraordinaire, j’ai nommé Mademoiselle Sarah Bernhardt Je n’hésite pas à vous faire écouter un petit extrait de Phèdre de Racine, déclaaaaaaamé par Mademoiselle Sarah Bernhardt ! heu… vous excuserez par avance la qualité de l’enregistrement qui date de 1903…

Retrouvez toutes nos « Histoires et Gognandises Lyonnaises » sur notre calendrier de confinement, ou en podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Soundcloud.

Comments

Laisser un commentaire