Le crocodile de l’Hôtel-Dieu 🐊

Dimanche 29 mars 2020

Pendant le confinement, chaque jour une chanson ou une histoire !

      Le crocodile de l'Hôtel-Dieu

👉 Pour nous soutenir : achetez un bon cadeau pour une visite insolite de Lyon !



Saviez-vous qu’à l’époque où l’hôtel-dieu était encore un hôpital, on pouvait trouver pendu au plafond… un véritable crocodile empaillé ! Crocodile que l’on avait trouvé dans le Rhône…

C’était au 18e siècle. Le long du fleuve, l’activité journalière battait son plein.
Les lavandières lavaient leur linge, les pêcheurs pêchaient, les mariniers et les hâleurs tiraient et faisaient accoster les bateaux puis les crocheteurs attrapaient les paquets et les marchandises pour les emmener jusqu’au port.

Un peu en aval du pont du Rhône qui était à l’époque un majestueux pont en pierre se trouvait une petite barque, un homme pêchait tranquillement. Il regardait l’autre côté du fleuve, le faubourg de la Guillotière et ses marécages. Il se réjouissait d’habiter du bon côté du Rhône, dans la ville de Lyon, à l’abri de ce quartier si mal famé.

Il était si occupé à se réjouir intérieurement qu’il n’avait pas entendu venir derrière lui une drôle de vague… une vague et deux yeux ronds qui sortaient juste de l’eau.
En un clin d’oeil, sa petite barque fut renversée et l’homme avec, le crocodile ouvrit grand sa gueule et croqua le pauvre lyonnais.

Ce fut alors la panique sur le quai, tout le monde regagna la rive en hurlant, en ramant sur sa barque ou en nageant dans la boue et les échevins, conseil municipal de l’époque furent alertés.

Comment ce crocodile avait-il bien pu arriver jusqu’à Lyon ? se demandaient les zoologistes.
Comment le capturer et quel prix pour sa peau ? se demandaient les tanneurs.
Comment protéger les braves gens et éviter un scandale ? se demandaient les échevins.
Comment interpréter ce signe divin ? se demandaient les curés.

On essaya de le capturer en vain. On lui tendit des pièges, on essaya de l’atteindre avec des flèches, une arbalète, un canon même, mais rien n’y fit.
On lui déposa de la viande empoisonnée, mais toujours rien. On envoya même un curé et un échevin lui faire un discours pour essayer de le raisonner.
Mais le crocodile était toujours là, et il terrifiait la population qui n’osait même plus traverser le pont du Rhône.

Un jour, les échevins reçurent un message de deux prisonniers du chateau Pierre Scize, l’ancienne prison de Lyon, le long de la Saône. Les deux condamnés à mort proposaient leurs services pour tenter d’éliminer le crocodile, en échange de quoi, s’ils réussiraient, ils seraient graciés. On les laissa faire en riant d’avance sur leur triste sort.

Les deux condamnés étaient sur une petite barque qui avançait doucement vers la pile du pont sous laquelle se cachait le crocodile. Cette fois-ci, le pont de la Guillotière et les berges du Rhône étaient pleins à craquer de spectateurs mais il régnait un silence de mort.

L’un des deux prisonniers tenait une lance dans ses mains, l’autre n’avait rien. On entendit un badaud crier depuis la berge “Eh regardez, il croit qu’il va pouvoir l’attraper à main nues !” suivi de quelques rires moqueurs. Alors que la barque s’approchait de la pile du pont, on vit les deux yeux ronds surgir de l’eau et l’assemblée retint son souffle. Le prisonnier qui avait les mains vide glissa alors sa main dans sa poche et jeta une grosse poignée de sable sur les yeux du crocodile qui sortaient de l’eau. Immédiatement après, l’autre planta sa lance dans l’animal. Le monstre se débattait tant qu’il pouvait mais il ne voyait rien, aveuglé par le sable et après quelques minutes de combat acharné, les prisonniers avaient vaincu le crocodile et ils regagnèrent la rive sous les hourras de l’assemblée.

Comme promis, ils furent graciés, ce soir là il y eut des feux d’artifices et une distribution de grattons à toute la ville. Le crocodile quant à lui fut suspendu dans la chapelle que l’on trouvait à l’entrée du pont, et quand celle-ci fut démolie, il déménagea à l’hôtel-dieu.


Retrouvez toutes nos « Histoires et Gognandises Lyonnaises » sur notre calendrier de confinement, ou en podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Soundcloud.

Comments

Thoulon Jean-Marie
mars 31, 2020
Comment le Crocodile est devenu l'emblème de l'Internat des Hôpitaux de Lyon , je ne sais . Mais ayant exercé comme interne à l'Hotel-Dieu ( 1962)puis comme chef de service de la Maternité ( 1982-1994) , j'ai toujours vu ce crocodile pendu dans la galerie , du coté sud de celle ci après l"entrée qui était alors l'entrée principale cet&é Rhone. JM THOULON
Clemence
mars 31, 2020
Bonjour Jean-Marie et merci pour votre témoignage ! En effet tous ceux qui ont fréquenté l'hôtel-dieu se souviennent du crocodile. Au sujet des internes, voici un article qui raconte comment le crocodile est devenu le nom du journal ! https://anciensinterneslyon.fr/le-crocodile.html
michel caron
avril 27, 2020
c'était aussi l'emblème de l'ESCAEL (SupDeCoLyon)...ce crocodile je l'avais au dos de ma blouse blanche de la fanfare de l'école ( peint en batteur de jazz) Je l'ai non pas perdue, mais donnée à un motard accidenté sous mes yeux pour lui éviter de prendre froid en attendant les secours. Ça n'était pas trop grave. C'était sur le boulevard de Ceinture comme on disait avant. La devise de l'époque était : avoir la peau dure...les longues...et savoir nager (ESCL Rue de la Charité. 1967-1971)
michel caron
avril 27, 2020
la devise à perdu ses croc... c'était la peau dure...les dents longues... et savoir nager

Laisser un commentaire