L’assassinat du Président Carnot 🔪

Vendredi 24 avril 2020

Pendant le confinement, chaque jour une chanson ou une histoire ! Aujourd’hui, le terrible assassinat du Président Sadi Carnot. Cet épisode a été réalisé avec Caroline de La Justice Racontée. Caroline est ancienne avocate et elle propose dans les rues de Lyon, des balades sur son sujet de prédilection : la justice à travers les temps, à Lyon.

      L’assassinat du président Carnot

👉 Pour nous soutenir : achetez un bon cadeau pour une visite insolite de Lyon !


Aujourd’hui nous accueillons Caroline de la Justice Racontée. Bonjour Caroline !

Bonjour Agent L

Pour commencer je te laisse raconter l’histoire de Sadi Carnot assassiné rue de la République à Lyon en juin 1894.

L’assassin avait les yeux bleus et la beauté du diable.

Il était venu à Lyon, en train et à pied depuis le sud de la France, avec son projet de tuer. Il avait acheté en chemin un couteau qu’il dissimulait dans la poche intérieure de son veston.

Autour de lui, c’était une foule des grands jours. La rue de la République pavoisée et illuminée. Partout des orchestres, et des cris de contentement. Petits et grands attendaient sur deux rangées le passage du président.
Lui attendait sa victime.

Un peu après neuf heures du soir, on entendit au loin La marseillaise, puis le claquement des sabots sur les pavés. Les chevaux de la jeune garde républicaine contournant le Palais de la Bourse, remontèrent la rue, suivi d’une voiture ouverte. A son bord : barbe fleurie et regard doux, Sadi Carnot, le président de la République saluait de la main tous ces visages joyeux qui étaient venus l’applaudir.

C’est à ce moment que le jeune homme, bousculant ses voisins, se précipita sur la voiture, et montant sur le marchepied, planta son couteau.

Durement touché à l’abdomen, le président mourut quelques heures plus tard dans un salon de la Préfecture, où l’on avait choisi de le porter plutôt qu’à l’Hôtel dieu.

Le jeune homme dénommé Caserio, car il était italien d’origine, fut conduit à la prison Saint Paul où il attendit son procès. Les cris de contentement s’étaient chargés de haine, la foule avait pillé tous les commerces italiens, et on accéléra l’enquête pour ne pas faire durer les choses.

22 jours d’instruction, 12h de procès et 15 mn de délibéré plus tard, il fut reconnu coupable d’assassinat et condamné à mort.

Le jeune homme que personne ne chercha à comprendre vraiment avait tué seul et de sang froid. La tête pleine d’idéaux de justice et d’égalité, anarchiste depuis l’âge de 19 ans, il avait voulu venger la mort de chefs anarchistes que le président avait refusé de grâcier.

Le 16 août 1894, à 4 heures 30 du matin, il fut poussé tout tremblant vers la guillotine dressée dans une petite rue près de la prison et perdit la tête sous les applaudissements.

Merci pour cette histoire et si tu en es d’accord maintenant on va passer au portrait chinois-lyonnais. Si tu étais une rue de Lyon, laquelle serais-tu ?

Je ne serais pas une rue mais une place. La place de l’abbaye d’Ainay parce que je la trouve merveilleuse. Elle est hors du temps. Elle est magique cette place entre l’église romane et la voûte d’Ainay.

Si tu étais un personnage lyonnais, tu serais ?

Je serai Alexandre Lacassagne, médecin, criminologue, lyonnais d’adoption qui a révolution la médecine légale à la fin du 19e siècle. C’est lui qui avait fait l’autopsie du pauvre Sadi Carnot, le président assassiné dont je viens de raconter l’histoire. C’est le sujet de ma prochaine balade que j’espère pouvoir proposer aux lyonnais très très vite.

On l’espère aussi. Et enfin quelle est ta citation préférée sur Lyon ?

“Tout le monde y peut pas être de Lyon” parce que un peu comme Lacassagne je ne suis pas lyonnaise, j’espère qu’on me le reprochera pas même si j’adore cette ville et que je vis depuis longtemps avec un Croix-Roussien, ça me donne des galons en plus.

Super, et bien merci Caroline ! À bientôt

Merci Agent L et à bientôt


Retrouvez toutes nos « Histoires et Gognandises Lyonnaises » sur notre calendrier de confinement, ou en podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Soundcloud.

Comments

Jm thoulon
avril 30, 2020
Bravo Caroline tu es lyonnaise d’âme et de cœur . Ravi pour ce récit
Roger Comacle
avril 30, 2020
Merci Caroline pour ce court récit Nous attendons avec impatience le retour à une vie normale et vos petites promenades à travers Lyon

Laisser un commentaire