La légende de la Tête d’or 👑

Vendredi 27 mars 2020

Pendant le confinement, chaque jour une chanson ou une histoire !

      La légende de la tête d'or

👉 Pour nous soutenir : achetez un bon cadeau pour une visite insolite de Lyon !



Le parc de la Tête d’Or, dit-on, est le jardin des lyonnais qui n’en ont pas…

Les lyonnais y prennent l’air au milieu des séquoias. Ils foulent ses chemins de terre. Ils contemplent les roses en pique-niquant sur sa pelouse. Mais surtout ils se racontent la légende de la tête d’or…

C’était il y a bien longtemps. Bien avant que le parc de la tête d’or n’existe. Quand les alentours n’étaient que terres inondables qui, quand elles émergaient prenaient le nom de « brottiaux« . Du temps où certains hommes, chevaliers et chrétiens chevauchaient leurs destriers, arme au poing pour de long pèlerinages en direction de la Terre Sainte. On raconte qu’un jour, ces hommes ont caché un incroyable trésor sur le terrain marécageux : Une tête de Christ en or.

Dès lors la rumeur court, et elle court vite, plus vite que les coureurs du dimanche et avec plus d’endurance. À travers les siècles des fouilles sont organisées tantôt par des particuliers, tantôt par les autorités. Tous cherchent le précieux trésor ! Une voyante avait autrefois été engagée, mais ses visions n’avaient pas permis de découvrir l’emplacement de la cachette. Alors les recherches continuaient de ci de là et ce jusqu’au XIXe siècle.

On raconte qu’au moment où l’on commence la construction du parc de la Tête d’or, la ville était en crise. Ce qui avait fait sa renommée internationale, la fabrique de la Soie commence à flancher. Les tisseurs de soie, les canuts, étaient au chômage et pour subvenir à leurs besoins, ils participent au chantier de construction du parc.

Chaque jour que Dieu fait, ils piochent. Leurs bras sont fort d’avoir fait fonctionner leurs métiers à tisser. Le « bistanclac-pan » leur a donné la force et la patience nécessaire. Et ils piochent et chaque jour, au lieu du bistanclac, ils entendent le « ffrrr » de leurs pioches s’enfonçant dans la terre jusqu’au jour où un canut fut surpris. Il piochait « ffrrr, ffrrr, ffrrr, cling » qu’est-ce que c’est qu’ça ? « cling ». De ses mains il gratta la terre et découvrit ce à quoi sa pioche s’est heurtée : la tête du Christ en or !

À quelques mètres de lui se trouvaient ses « camarades de pioche ». Découvrant cela, ils furent pris d’une jalousie incontrôlable. Ils s’approchèrent du pauvre canut et le rouèrent de coup ! Ils prirent le trésor et laissèrent le pauvre homme au sol. Ils firent quelques pas. Ils s’imaginaient déjà dans un immense château à se la couler douce. Plus jamais ils n’auraient à creuser la terre pour une bouchée de pain… quand soudain une larme coula de l’œil du christ en or, puis une deuxième, et bientôt des litres et des litres. Le Christ attristé par le comportement égoïste de ces ces deux hommes laissant leur collègue au sol après l’avoir volé, pleura toutes les larmes du corps qu’il n’avait plus. Elles jaillirent tant et si bien que très rapidement la terre creuse se rempli d’eau et c’est ainsi que naquit le lac du parc de la tête d’or.


Retrouvez toutes nos « Histoires et Gognandises Lyonnaises » sur notre calendrier de confinement, ou en podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Soundcloud.

Comments

Laisser un commentaire