La conquête de l’Est 🤠

Lundi 14 décembre 2020

Pendant le confinement, chaque jour une chanson ou une histoire ! Aujourd’hui, nous partons à la conquête de l’Est !

      La conquête de l'Est

👉 Pour nous soutenir : achetez un bon cadeau pour une visite insolite de Lyon !


La saison 2 des histoires et gognandises lyonnaises a commencé par une douce évocation ensoleillée de Lyon, elle est passée par la nuit lumineuse de la fête des lumières, fierté lyonnaise et pour la terminer nous restons dans le thème. Aujourd’hui nous évoquerons le développement de Lyon en direction du soleil levant. Lyon ou la conquête de l’Est [musique le bon la brute et le truand].

Nan mais c’est quoi cette musique de merde là !
[musique Benhur] À voilà, j’aime mieux ça. Hum hum, moi Lucius Muatius Plancus, grand général de guerre Romain, j’ai choisi la plus haute des des deux collines, surplombant le confluent du Rhône et de la Saône pour installer la ville de Lugdunum. C’était en 43 avant votre ère et la ville est très vite devenu un axe commerçant de la plus haute importance, et…

[musique grégorienne] Ah vous les Romains, vous êtes vraiment un peuple sans humilité… Moi guichard de Pontigny, je vous le dit, puisque Lucius ne vous en parlera jamais mais Lugdunum s’est faite attaquer, la ville a été saccagée par les peuples burgondes et nous les médiévaux, enfin mes p’tit p’tit p’tit fillots, se sont installés à la chute de l’empire au pied de la colline, contre la Saône. Vous voyez le jardin archéologique qui longe la cathédrale Saint jean ? C’est nous ça, et on a vu la ville se développer. Il y a eu au moins 3 ou 4 cathédrale avant que je construise celle que vous admirez encore aujourd’hui, on a vu le Renaissance éclore dans le quartier, les banquiers ont débarqué, les humanistes ont écrit, composé, inventé… et

[musique Charpentier] Ah non mais le quartier où vous viviez était minuscule, d’ailleurs beaucoup était déjà venu s’installer peu à peu à l’est, de l’autre côté de la ville. Et au XVIIe siècle, la mode était aux grandes places royales, alors moi Simon Maupin, architecte de la ville, j’ai dessiné le nouvel Hôtel-de-ville sur la place des Terreaux ! Avec cette grande place, y’avait un peu plus de recul pour admirer mon œuvre.

[musique Berlioz] Moi Perrache au XVIIIe siècle, j’avais de grandes ambitions pour assécher le sud de la Presqu’île, et vous l’avez fait, vous appelez ça Confluence maintenant je crois !

Nous les canuts au début XIXe, on nous a installés au nord de la Presqu’île, à la croix-rousse, ça gênait moins le bruit de nos bistanclaques…

Moi le préfet Vaïsse, j’ai tracé de grandes artères pour faire un peu de place, la rue de l’empereur, aujourd’hui rue de la République, J’ai fait de petite place triangulaire des Jacobins, une large place carré. Mais après j’ai géré une ville qui avait été agrandie, au nord, au sud mais surtout à l’Est, avec la commune de la Guillotière qu’on avait annexée, et puis Villeurbanne ! Ah non non, eux ils avaient pas voulu… Et sur la rive gauche du Rhône on a bossé, l’avenue Jean Jaurès, les Brotteaux, jusqu’à la Tête d’or, aux portes de Villeurbanne

[musique Jazz début XXe] Et moi hein, Tony Garnier ! J’ai fait le quartier des Etats-unis dans le 8e arrondissement, pendant que mon concurrent Môrice Leroux faisait son quartier des Gratte-ciel à villeurbanne et on a continuer, toujours plus à l’Est et plus tard le Quartier de la Part Dieu a l’ambition de devenir la continuité du plein centre ville… puis la métropole arrive et…

[musique qui accélère] Oui enfin ça restait encore décent et limité comme secteur, après vous avez fait le stade de l’Olympique Lyonnais à Décine… et vous ne vous êtes pas arrêtés là. Lyon a colonisé les pré-Alpes, les Alpes, jusqu’au pied du Mont Blanc, puis vous l’avez colonisé lui aussi, vous avez continuer des année durant, à l’heure ou je vous parle Lyon arrive au mont Fuji…

[arrêt brutal de la musique] (ton un peu las) Dites, les lyonnais… faudrait peut-être vous calmer là, non ?

Retrouvez toutes nos « Histoires et Gognandises Lyonnaises » sur notre calendrier de confinement, ou en podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Soundcloud.

Comments

Laisser un commentaire