Justin Godart 👓

Jeudi 19 novembre 2020

Pendant le confinement, chaque jour une chanson ou une histoire ! Le nom de Justin Godart vous dit peut-être quelque chose si vous habitez sur ce petit bout de montée qui porte son nom à la Croix-Rousse. Mais sa vie ne cesse de croiser l’histoire de Lyon et l’histoire de France.

      Justin Godart

👉 Pour nous soutenir : achetez un bon cadeau pour une visite insolite de Lyon !


Je suis un vrai gone. Je suis né en 1871 à Lyon. Je fais mes études au Lycée Ampère et ma thèse de droit porte sur L’Ouvrier en soie. Je m’inscris au Parti radical-socialiste et je deviens adjoint au maire Victor Augagneur en 1904.

Pour la petite histoire, quand le maire Victor Augagneur décide de laisser son siège de maire pour devenir gouverneur de la colonie de Madagascar, il préfère Edouard Herriot à moi pour lui succéder, il pensait que ce serait plus facile de récupérer son siège à son retour de Madagascar…

Moi, je deviens député en 1906.

J’ai été pour la journée de travail de 8h, pour la réglementation du travail de nuit des femmes, dès 1933 je préside l’Oeuvre de secours aux enfants juifs.

Sur le front pendant la Guerre, avec un médecin lyonnais, Edmond Locard, je crée un centre de formation pour les personnels de santé, il s’agit alors d’apprendre à soigner de nouvelles blessures causées par les nouvelles armes. Je fonde après la guerre la Ligue contre le cancer.

Dans les années 1920, je retrouve Edouard Herriot, comme ministre, lui est devenu président du Conseil.

Je suis très fier d’avoir accompagné les cendres de Jaurès d’Albi au Panthéon, c’était en 1924, il avait été lâchement assassiné en 1914.

Je participe aussi aux travaux de l’Association internationale pour la protection légale des travailleurs, c’est une association privée fondée à Paris en 1900. Cette association est à l’origine de la législation internationale du travail, qui après la guerre devient l’Organisation internationale du Travail, OIT.

Mais je n’oublie pas Lyon. Je suis un des promoteurs d’un musée d’histoire de la ville dans l’hôtel Gadagne ; et j’ai aussi participé à la création du musée de la marionnette au même endroit. Eh oui ! Nous sommes la ville de Guignol ! D’ailleurs j’écris plusieurs livres sur l’histoire lyonnaise dont un sur Laurent Mourguet, le créateur de Guignol ; et c’est grâce à moi qu’il y a le buste de Laurent Mourguet et de Guignol dans le Vieux-Lyon.

Mes autres livres portent sur les révoltes des canuts en 1830 et des Voraces en 1848.

Bon c’est vrai mon livre le plus connu, mais écrit sous pseudonyme, c’est La Plaisante Sagesse lyonnaise. En voici un exemple : “Vaut mieux prendre chaud en mangeant que froid en travaillant”.

J’ai créé la Société des Amis de Guignol, puis l’Académie des Pierres Plantées. Voici un extrait des statuts : « tout nouvel académicien devra revêtir les habits de Guignol et autour d’un mâchon, devra entretenir les traditions lyonnaises ». Voilà qui donne la couleur !

Je suis encore plus fier de faire partie des 80 parlementaires à n’avoir pas voté les pleins pouvoirs à Pétain en 1940.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, je suis résistant au sein du mouvement Front national (qui n’a rien à voir avec le parti de Le Pen je précise…).

Je suis le maire provisoire de Lyon à la Libération et je suis là aussi très fier d’accueillir De Gaulle à Lyon le 14 septembre 1944 qui déclare depuis le balcon de l’Hôtel de ville que Lyon est la capitale de la Résistance. Quand Edouard Herriot revient d’Allemagne en mai 1945 (où il était otage), je lui remets l’écharpe de maire. La politique, c’est fini pour moi alors, j’arrête.

De ma vie politique, je retiens finalement une plaisante sagesse lyonnaise : “Le tout c’est pas d’y faire, c’est d’y penser ; mais le difficile, c’est pas d’y penser, c’est d’y faire.”

Retrouvez toutes nos « Histoires et Gognandises Lyonnaises » sur notre calendrier de confinement, ou en podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Soundcloud.

Comments

Laisser un commentaire