Interview du Mage Philippe 🌟

Lundi 6 avril 2020

Pendant le confinement, chaque jour une chanson ou une histoire ! Aujourd’hui, une interview du Mage Philippe.

      Mage Philippe

👉 Pour nous soutenir : achetez un bon cadeau pour une visite insolite de Lyon !


Mesdames et messieurs bonjour. Aujourd’hui nous allons entrer en communication avec le fantôme du Mage Philippe, né au milieu du 19e siècle, grand guérisseur lyonnais. Son corps repose au cimetière de Loyasse mais si nous arrivons à le contacter, il répondra à quelques questions…

Bonjour Monsieur pouvez vous vous présenter brièvement ?
Nizier-Anthelme Philippe mais on m’appelle Maître Philippe ou Mage Philippe. Guérisseur, Lyonnais. certains me disent thaumaturge oui, j‘ai fait de grands miracles d’après mes patients. Je ne suis en fait qu’un simple serviteur de Dieu.

D’où venez vous et comment en êtes vous arrivé à cette carrière ?
Je viens de Savoie ou je conduisais les moutons dans mon enfance. Je suis parti à 13 ans pour chercher du travail et je me suis retrouvé à la Croix-Rousse comme apprenti boucher. Je continuais en parallèle une formation en grammaire avec des religieux… mais un jour je suis tombé malade. C’est peut-être la meilleure chose qu’il me soit arrivé de ma vie ! J’ai été visité par une vieille femme rebouteuse et guérisseuse… elle m’a tout enseigné ! J’ai très vite eu pas mal de clients, mais je passais pour un usurpateur, alors j’ai quand même suivi une formation de médecine et pharmacie, j’ai un peu travaillé à l’Hôtel-Dieu… mais j’ai vite été rejeté. Personne ne comprenait mes pratiques. En vérité, j’ai juste tenté de faire le bien autour de moi.

Ça rapporte bien une carrière de thaumaturge ?
En vérité, j’ai eu la chance d’être marié à une jeune femme, fille d’industriel, que j’avais sauvé quelques années auparavant. Comme j’ai eu des hauts et des bas dans ma carrière, ça m’a mis à l’abri du besoin !

Quelles étaient les hauts et les bas ?
Mes contemporains se méfiaient de moi. Les médecins me détestaient et mettaient en doute mes capacités. Mais je l’ai toujours dit, je n’ai pas de pouvoirs magiques. Si nous étions plus humbles, moins orgueilleux, nous pourrions demander au Ciel d’exaucer nos prières et demander au Ciel du soulagement pour tout un chacun… Les Hauts, ce sont les incroyables rencontres que j’ai faites grâce à mon métier, et notamment mon séjour en Russie aux côté de la famille impériale du Tsar Nicolas II.

Et enfin le portrait chinois lyonnais : Si vous étiez une rue de Lyon, vous seriez ?
Rue de la Tête d’or, où j’avais mon cabinet, au numéro 35.

Si vous étiez un personnage lyonnais célèbre vous seriez ?
On peut pousser jusqu’à Dardilly ? Le curé d’Ars, ce prêtre originaire de Dardilly qui a fait de nombreux miracles et qui été reconnu par l’Eglise, lui. Il a d’ailleurs été canonisé.

Si vous étiez un musée lyonnais vous seriez ?
Le musée des sapeurs-pompiers, parce que quand j’ai perdu pieds, trop rejeté à Lyon, je suis retourné à l’Arbresle où ma femme avait sa propriété et on m’a élu capitaine des pompiers.

Si vous étiez une boisson vous seriez ?
Oh malheureusement, une boisson alcoolisée. Je m’y suis noyé en fin de vie suite au décès de ma fille. Je ne m’en suis jamais remis.

Votre citation préférée ?
Je l’ai dit tout au long de ma vie : « Je ne suis rien, absolument rien.”

Merci Mage Philippe et bonne continuation.


Retrouvez toutes nos « Histoires et Gognandises Lyonnaises » sur notre calendrier de confinement, ou en podcast : Spotify, Deezer, Apple Podcasts, Soundcloud.

Comments

Laisser un commentaire