« L’art contemporain, on y comprend jamais rien »

Pendant toute cette édition de la 12e Biennale d’art contemporain à Lyon, nous avons eu la chance de nous voir confier la visite des 2 nouveaux lieux d’exposition : l’église Saint-Just et la Chaufferie de l’Antiquaille. Nous avons réalisé un parcours mêlant l’histoire antique et les 2 oeuvres proposées, et nous avons tenté de les faire dialoguer.

Beaucoup de nos visiteurs n’avaient que très peu de contacts avec l’art contemporain. Ainsi, dans presque chaque groupe, j’entendais quelqu’un me dire « Heureusement que vous étiez là pour nous expliquer les oeuvres d’art contemporain, c’est complètement incompréhensible sinon ! »

Je ne suis pas du tout d’accord avec cette remarque, et comme je l’ai fait avec tous mes visiteurs, je vais vous expliquer pourquoi.

L’art contemporain est-il vraiment inaccessible ?

Tom Sachs Barbie Slave Ship

Une oeuvre d’art, quelle qu’elle soit, fait nécessairement référence à son contexte de production, l’époque pendant laquelle elle a été créée, les idées, habitudes, connaissances de l’artiste. Aussi, lorsque l’on admire une oeuvre d’art ancienne, si l’on ne connait pas les références historiques, l’histoire de l’artiste, le contexte de production, il est impossible de comprendre quoi que ce soit sur l’oeuvre. On peut au mieux en apprécier l’esthétique. Si l’esthetique ne nous plait pas, alors on passe devant en la regardant à peine.

Mais qui aurait idée de s’exclamer devant un tableau de Nicolas Poussin : « On comprend rien ! Vraiment ces artistes en font qu’à leur tête! » Et pourtant, qui « comprend » un tableau de Nicolas Poussin sans l’avoir étudié avant ? Pas moi en tous cas… et comme la peinture de Nicolas Poussin ne m’émeut pas particulièrement, je trouve cela plus difficile d’accès que bien des oeuvres présentées à la biennale cette année.

Avec une oeuvre d’art contemporain, une chose est certaine : nous vivons à la même époque que l’artiste. Nos références sont similaires, surtout aujourd’hui dans notre contexte de mondialisation. Nous possédons de nombreuses clés pour lire et apprécier une oeuvre, il faut juste faire le travail d’aller les chercher lorsqu’aucun guide ne le fait pour vous.

Comment déchiffrer une oeuvre quand on est tout seul ?

D’abord, ne restez pas tout seul. Allez-y au moins à deux, l’interprétation n’en sera que plus riche et plus vivante.

  • Commencez par prendre le temps de regarder l’oeuvre. Regardez-la bien. Sous toutes ses coutures, toutes ses facettes. Certaines sont très composites, immenses, denses.
  • Demandez-vous ensuite quel est votre ressenti, votre émotion devant cette oeuvre. Oui, l’art contemporain reste de l’art ! Certaines oeuvres nous touchent, nous émerveillent, nous blessent, nous choquent, nous déstabilisent, nous font ressentir une profonde joie… Ces émotions ne peuvent pas être détachées de l’interprétation que nous en faisons !
  • Si vous êtes plusieurs, c’est le moment d’échanger vos impressions. Parlez-en, dites-vous à quoi l’oeuvre vous fait penser, ce qu’elle vous fait ressentir, pourquoi vous l’aimez, vous ne l’aimez pas, pourquoi vous la trouvez belle, moche, choquante, et même, pourquoi elle vous indiffère…
  • Lorsque vous aurez décortiqué de cette façon, en partant de vos impressions, vos idées, votre interprétation, vous aurez déjà accompli une grande partie du travail.

C’est à ce moment qu’un livret, un cartel, un titre peuvent vous donner des informations supplémentaires que vous ne pourriez pas connaître seul. Mais n’oubliez jamais que ces quelques informations ne font pas tout, et tout le travail que vous avez fait avant par vous même est aussi important, voire plus important.

Si vous prenez l’habitude de vous poser des questions, vous verrez, petit à petit, vous serez capable d’apprécier des oeuvres bien plus facilement !

Essayez la prochaine fois que vous êtes devant une oeuvre, vous verrez, ce n’est pas si compliqué…

Merci à Anthony pour l’idée… Et belle année 2014 à tous ! 🙂

Comments

3 janvier 2014
Entièrement d'accord, évidemment :-)

Laisser un commentaire