Adresses des traboules : Vieux-Lyon et Croix-Rousse

Après vous avoir raconté l’origine des traboules, il est temps de vous donner une liste d’adresses.

Commençons par une petite définition.
Qu’est-ce qu’une traboule ? Eh bien ce n’est ni plus ni moins qu’un couloir. Un couloir ouvert des deux côté. Et parfois, au milieu de ce couloir, il y a une cour intérieure. C’est tout ? Oui, c’est tout.

Pourquoi donnons-nous toutes les adresses ?
N’est-ce pas un secret bien gardé par les guides ? N’allons-nous pas perdre nos clients qui souhaitent visiter les traboules ?
Nous pensons que non.
L’intérêt de suivre une visite insolite des traboules avec nous n’est pas simplement d’entrer dans ces lieux mais aussi d’entrer dans l’histoire qu’ils portent. En traversant, vous plongez dans le passé à votre tour.

Petit rappel : silence !
Avant toute chose, nous vous rappelons encore et toujours, qu’il est important d’être très respectueux. Les traboules sont des couloirs traversant des immeubles habités. Le jour où le bruit sera insoutenable, les habitants demanderont à ce que les traboules ferment et nous n’aurons plus le privilège de pouvoir les visiter.

Comment entrer ?
Lorsque la porte à l’air fermée, il suffit d’appuyer sur le bouton de service de l’interphone ou du digicode. Il est évidemment formellement interdit de sonner chez les habitants et de les déranger. Si c’est fermé, c’est fermé.
Autre précision : les traboules sont ouvertes de 7h à 19h. Après, c’est trop tard !

VIEUX-LYON

Traboules de Lyon

Dans le Vieux-Lyon, la plupart des bâtiments conventionnés (dans lesquels il est autorisé d’entrer pour visiter) sont des cours, il y a très peu de traboules (traversantes). Mais ne vous y trompez pas : si ces bâtiments sont conventionnés et ouverts au public, c’est parce que l’architecture de ces cours est un véritable trésor, des bijoux de la renaissance sont à découvrir, même lorsque l’on ne peut pas ressortir de l’autre côté et qu’il faut faire demi-tour…

Voici la liste de nos 10 cours et traboules préférées dans le Vieux-Lyon.

  • 37 rue saint-Jean : Maison du Chamarier (cour)

Sublime maison particulière, entre gothique et renaissance, avec son puits attribué à l’architecte Philibert Delorme.
Ouverte aux mêmes horaire que la pâtisserie “À la Marquise” installée dans le bâtiment.

  • 54 rue Saint-Jean – 27 rue du Boeuf : « La grande traboule »

Certainement la plus connue, la plus longue également.

  • 27 rue Saint-Jean – 6 rue des 3 maries (traboule)

Une petite traboule d’une luminosité et d’une délicatesse incroyable. La cage d’escalier très ouverte et la petite tour d’angle en font un lieu unique.
Attention aux fins gourmets : depuis l’installation de Pralus dans l’immeuble, la traboule sent constamment la brioche ! 😉

  • 18 rue Saint-Jean (cour)

Magnifique cour avec de très jolis balcons et très bien mise en valeur par les habitants.

  • 2 place du gouvernement (traboule)

Une cour absolument fabuleuse avec son puits, sa coquille, la lumière, les voutes d’ogive et la main courante incrustée sur l’escalier.

  • 1 place du petit collège : Musée Gadagne (cour)

Il est tout à fait possible d’entrer dans la cour du musée pour admirer ce lieu immense (une des plus grandes maisons du quartier !) sans forcément entrer dans le musée.
Vous pouvez également prendre l’ascenseur pour monter jusqu’au café et savourer une petite pause dans le jardin.

  • 10 rue Lainerie (cour)

L’un des plus beaux escaliers de Lyon du monde. À ne pas manquer !

  • 10 rue juiverie (cour)

Magnifique cour dans cette rue Juiverie pleine de richesses.

  • 8 rue juiverie (cour)

Cet immeuble abrite la célébrissime galerie construite par Philibert Delorme en 1536, pour Antoine Bullioud et son épouse Marguerite Debourg. À ne pas manquer !

  • 4, 6 rue juiverie (cour)

Dite “maison Henri IV”, une magnifique maison avec une grande façade longeant la cage d’escalier et ouverte sur l’extérieur.
Attention : cette cour n’est pas conventionnée. Elle est donc accessible uniquement le matin avec le plus grand silence et respect pour ses habitants !

CROIX-ROUSSE

Les traboules de la Croix-Rousse sont très différentes de celles du Vieux-Lyon. Si ce dernier était un luxueux quartier de marchands et riches banquiers à la renaissance, les pentes de la Croix-Rousse ont surtout accueilli les canuts, ouvriers tisseurs de soie. On imagine la différence de budget alloué à ces immeubles respectifs.

Les véritables traboules (traversantes donc) sont plus nombreuses dans la Croix-Rousse, vous pouvez dévaler toutes les pentes tout droit par les traboules.

Quelques adresses pour descendre du haut en bas de la colline !

  • 29 rue Imbert Colomès / 9 place Colbert / 14 montée Saint-Sébastien (Traboules des Voraces)
  • 20 rue Imbert Colomès / 55 rue des Tables Claudiennes
  • 30 rue Burdeau / 19 rue Leynaud (Passage Thiaffait)
  • 6 rue Leynaud / 3-5 rue des Capucins
  • 6 rue des Capucins / 1 rue Sainte-Marie des Terreaux
  • 118 montée de la Grande Côte / 7 rue Terme
  • 8 petite rue des Feuillants / 19 place Tolozan

Mais si vous voulez plus que les traverser, si vous cherchez un véritable voyage dans le temps, nous avons des visites contées et visites théâtralisées dans les traboules du Vieux-Lyon et de la Croix-Rousse !

Visites insolites des traboules

Visite théâtralisée du Vieux-Lyon

Grande Foire Royale !
Vieux-Lyon
Adultes
Vue sur Lyon depuis la colline de Fourvière
Fourvière
10 ans et +
cybele-2

Visite contée de la Croix-Rousse

Jirôme ou la révolte d'un canut
Croix-Rousse
8 ans et +
Vieux-Lyon
Adultes

 

Voir toutes les visites

Comments

Alice
janvier 14, 2018
Le bruit est DEJA insoutenable et le fait que les adresses restent un peu secrètes est notre seule garanties que la plupart des visites soient à peu près encadrées donc à peu près respectueuses des habitants. Je dis bien "à peu près" parce qu'il semblerait qu'être guide ne soit pas un gage de respect ni de politesse à Lyon.
Clemence
janvier 16, 2018
Chère Alice, vous avez tout à fait raison, certains groupes manquent de respect et ces lieux sont parfois bien trop bruyants. C’est la raison pour laquelle nous faisons sans arrêt de la pédagogie. Sur ce blog (vous verrez que la question du silence est abordée en préambule de chacun de nos articles sur les traboules), mais également lors de nos visites où nous en parlons à tous nos groupes avant d'entrer. Nous nous permettons même d'apostropher certains visiteurs libres bruyants lorsque nous y passons, et il nous est même arrivé de ne rentrer dans aucune traboule avec un groupe qui manquait de respect et n'était pas capable de se taire. Bien à vous, l'équipe Cybèle.

Laisser un commentaire