8 anecdotes insolites sur le Grand Hôtel-Dieu de Lyon
Cybele-visite-hotel-dieu-lyon 1

Si vous avez l’habitude de vous promener en presqu’île, si vous aimez le patrimoine, vous êtes certainement déjà passé dans les cours majestueuses de l’Hôtel-Dieu.Est-ce que vous vous êtes demandé ce que cachaient ces murs ? Les histoires et les secrets que referment ces pierres pluri-séculaires ?

Voici 8 anecdotes insolites sur l’histoire du Grand Hôtel-Dieu de Lyon pour épater vos amis.

1. François Rabelais, grand médecin ou grand imposteur ?

Portrait de François Rabelais dans le grand cloître de l'hôtel-dieu
Portrait de François Rabelais dans le grand cloître.

Ce portrait que vous trouverez dans le grand cloître est celui de François Rabelais, souvent présenté comme écrivain et grand médecin de l’Hôtel Dieu à la Renaissance. Mais on oublie souvent de dire que 3 ans seulement après sa nomination, François Rabelais fut renvoyé de l’Hôtel-Dieu pour cause d’absentéisme !

Voici un extrait de la lettre de radiation que reçut François Rabelais le 5 mars 1535.

Lesdits Seigneurs ont procédé a eslire un médecin pour le service du grand hospital du pont du Rosne au lieu de Maistre François Rabelais, médecin, qui s’est absenté de la ville et dudict hospital sans congé prendre pour la deuxiesme fois.

Donc grand écrivain, ça oui, mais grand médecin, on demande des preuves !

2. Le dôme des quatre rangs, aspirateur de miasmes

Dome des quatre rangs de l'hotel dieu de lyon

Le premier dôme que vous apercevez quand vous entrez dans le grand cloître par la place de l’hôpital est le plus ancien des trois. Il date du début du 17e siècle, à l’époque ou l’Hôtel-Dieu fut entièrement reconstruit (1622-1637).

Vous pourrez observer des ouvertures rondes sur la toiture : elles ont été pensées pour laisser les “miasmes” et autres impuretés de l’air s’évacuer. La médecine de cette époque pensait que les mauvaises odeurs rendaient malade. Un ingénieux système d’aération permettait à l’air vicié de s’échapper par le sommet de la coupole et ainsi, pensait-on, aidait les malades à guérir.

Sous le dôme se trouvait également un autel où la messe était dite plusieurs fois chaque jour afin de s’assurer que l’âme des malades serait autant purifiée que leurs corps…

3. Le grand dôme de Soufflot

Cybele-visite-hotel-dieu-lyon banniere 2

Ce dôme majestueux qui fait la renommée de l’Hôtel-Dieu a une histoire plutôt tourmentée. La longue façade classique donnant sur le Rhône et le grand dôme furent dessinée par l’architecte Soufflot. Mais il était pris à Paris par de multiples chantiers et la réalisation d’après ses plans fut assurée par deux autres architectes qui modifièrent le dessin original du dôme en le rabaissant un peu.

Le chantier de toute l’aile du bâtiment dura très exactement 100 ans : commencé en 1741, il s’acheva en 1841. Il fut ralenti par des problèmes de financements, mais aussi par un terrible bombardement survenu pendant le siège de Lyon en 1793, en pleine révolution française. (Pour en savoir plus sur la révolution française et le siège de Lyon, vous pouvez écouter notre épisode de podcast à ce sujet.)

100 ans après la fin de la construction, le dôme fut à nouveau détruit. Le 4 septembre 1944, au moment de la libération de Lyon, un échange de tirs entre les FFI (Forces françaises de l’intérieur qui regroupaient tous les mouvements de résistance) et la Gestapo mit feu au dôme qui s’effondra brutalement.

Il fut reconstruit, non pas à l’identique, mais selon le plan original de Soufflot !

Désormais, vous pouvez vous rendre dans le bar de l’intercontinental pour déguster un délicieux cocktail en admirant l’intérieur époustouflant de ce dôme. Sauf si le COVID sévit encore. Auquel cas, tant pis pour vous.

4.“Grand Hôtel-Dieu” n’a pas toujours été son nom.

À la Renaissance, il s’appelait “Hôpital de Notre-Dame de la Pitié du Pont-du-Rhône”.

5. Qui sont les médecins célèbres de l’Hôtel-Dieu ?

Des médecins et chirurgiens lyonnais se sont illustrés dans l’histoire de la médecine. En voici quelques uns, avec quelques anecdotes à leur propos :

Amédée Bonnet

Il est médecin dans la première moitié du 19e siècle, à l’époque ou des spécialisations commencent à apparaitre. Il se spécialise en chirurgie orthopédique et il est considéré comme l’un des précurseurs de cette science. En 1834, lors de la seconde révolte des canuts, Amédée Bonnet sort de l’Hôtel-Dieu (alors que c’était interdit) et part sur la barricade soigner les insurgés blessés.

Amédée bonnet
Amédée Bonnet, sur la place qui porte son nom.

Léopold Ollier

Il prend la suite de Amédée Bonnet et il est considéré comme le vrai fondateur de la chirurgie orthopédique. C’est également lui qui dirige l’équipe de médecins qui tenta de sauver le président Sadi Carnot après avoir été poignardé par l’anarchiste Caserio. On vous raconte cette histoire ici.

Antonin Poncet

Il n’est pas très célèbre dans l’histoire de la médecine, mais à Lyon il est celui qui a persuadé l’administration de l’hôpital, en 1888, d’ouvrir la première salle d’opération aseptisée. L’administration trouvait cela trop cher et ne voyait pas l’intéret…

Alexis Carrel

Il est l’un des pionniers de la chirurgie vasculaire. Pendant ses études, il apprend à suturer des artères grâce à une brodeuse sur soie lyonnaise. Cependant, Alexis Carrel est plus connu pour ses théories eugénistes et son appartenance au parti populaire français (un parti fasciste) que pour ses contributions, pourtant majeures, à la médecine.

Étienne Destot

Il ouvre en 1896 le tout premier laboratoire de radiologie en France, seulement 2 mois après la découverte des rayons X en Allemagne par Röntgen. Il s’installe dans une ancienne boutique désaffectée de l’Hôtel-Dieu : “la boutique du Dr Destot” devient célèbre ! Écoutez notre épisode de podcast sur la découverte de la radiologie par les lyonnais…

      La radiologie

(Vous pouvez aussi lire cette histoire ici)

6. De généreux donateurs pas anonymes du tout

Les bienfaiteurs de l'hotel-dieu

En 1800, le préfet (qui faisait office de Maire à cette époque) demande que les noms des bienfaiteurs de l’Hôtel-Dieu soient inscrits en doré sur de belles plaques de marbre, en indiquant, bien sûr, la somme qu’ils ont offert à l’Hôpital.

Ces plaques sont encore visibles sur les murs du grand cloître.

7. Le crocodile de l’Hôtel-Dieu

Saviez-vous qu’un crocodile empaillé fut locataire d’une salle de l’hôpital pendant longtemps ?  Voici son histoire.

      Le crocodile de l'Hôtel-Dieu

(Vous pouvez aussi lire cette histoire ici)

8. La morgue flottante

Au 19e siècle, une morgue avait été installée sur une barque sur le Rhône, juste devant l’Hôtel-Dieu. On puisait l’eau du fleuve pour asperger les cadavres et les tenir au frais. Le petit bateau était coupé en deux parties : d’un côté, la morgue. De l’autre, le logis de son gardien, le père Delaigue. Voici l’histoire de la célèbre « Morgue flottante ».

      La morgue

(Vous pouvez aussi lire cette histoire ici)

Visite contée de l'Hôtel-Dieu

Notre visite contée de l’Hôtel-Dieu vous transporte au cœur du 17e siècle, dans l’activité fourmillante du Grand Hôtel-Dieu de Lyon. Entre les chirurgiens, les apothicaires et les sœurs servantes, entre les saignées et les remèdes de plantes, et une épidémie suspecte qui fait son apparition…

Visite contée de l'Hôtel-Dieu

Les empoisonnés du grand dôme
Presqu’île
8 ans et +
1h30

Comments

Laisser un commentaire